0
Espace
Quatre Ariane 62 pré-commandées pour lancer les Galileo 31 à 38
Quatre Ariane 62 pré-commandées pour lancer les Galileo 31 à 38
© P. Baudon / ESA - CNES - Arianespace / Optique Vidéo du CSG

Quatre Ariane 62 pré-commandées pour lancer les Galileo 31 à 38

La communication n’est pas vraiment officielle, mais l’Union Européenne prévoit d’ores et déjà une commande de quatre nouveaux lancements de satellites européens de navigation, à partir de 2022.

L’annonce figure bien dans le verbatim officiel du discours donné hier par le commissaire européen Thierry Breton, en clôture de la 12e Conférence sur la politique spatiale européenne, à Bruxelles. Elle semble pourtant avoir échappé aux participants, peut-être distraits au moment où la – courte mais essentielle – phrase a été prononcée, mais ravis de la lire quelques heures plus tard sur le site de l’Union Européenne : « Nous venons de pré-réserver quatre autres Ariane 6 pour anticiper les besoins futurs de Galileo », conclut en tous cas le passage consacré à la souveraineté européenne en matière d’accès à l’espace.

 

Continuité.

Le commissaire en charge du marché intérieur de l’UE confirme ainsi que l’Europe continuera à se servir de son futur lanceur lourd pour poursuivre le déploiement de sa constellation dédiée au positionnement, en particulier pour le troisième lot de huit satellites (Galileo 31 à 38).

Ces derniers sont actuellement en construction, chez OHB System à Brême (Allemagne) et Surrey Satellite Technology à Guildford (Royaume-Uni).

Ils devront être lancés à partir de janvier 2022 à l’aide de quatre lanceurs Ariane 62 (avec deux propulseurs d'appoint), mis en œuvre depuis le Centre spatial guyanais.

 

En attendant la MFF.

Il s'agit de réservations, qui seront confirmées en commandes fermes après la mise en place du cadre financier pluriannuel 2021-2027 (Multiannual Financial Framework) de la Commission européenne. Celui-ci doit être voté d’ici la fin de l’année.

Les termes de cette commande ont d'ores et déjà été agréés, à la fois par l'Agence spatiale européenne et la Commission, et fait l'objet d'un premier versement financier, confirme Arianespace

Stéphane Israël, son président exécutif, s’est réjoui de la nouvelle sur Twitter : « Merci et respect Monsieur le Commissaire ! »

Pour mémoire, le premier contrat ferme d’Ariane 6 (avec l’ESA, pour le compte de la Commission) remonte à septembre 2017. Il prévoit l’utilisation de deux Ariane 62 pour le déploiement de quatre satellites Galileo, entre la fin 2020 et mi-2021 (avec la possibilité d’utiliser le lanceur Soyouz depuis le CSG).

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription