0
Espace
Les Emirats Arabes Unis, cinquième puissance martienne
Les Emirats Arabes Unis, cinquième puissance martienne
© MBRSC

| Pierre-François Mouriaux

Les Emirats Arabes Unis, cinquième puissance martienne

Après États-Unis, l'Union soviétique/Russie, l'Agence spatiale européenne et l'Inde, les Emirats Arabes Unis ont réussi à placer ce 9 février 2021 une sonde autour de la planète rouge.

Trois sondes à l’approche

Les trois sondes interplanétaires lancées à l’assaut de Mars l’été dernier sont entrées la semaine dernière ou sont sur le point d’entrer dans la sphère gravitationnelle de notre planète voisine.

La première, la sonde émirienne Al-Amal (Espoir), qui avait été lancée le 19 juillet depuis le Japon, est soumise à l’attraction martienne depuis le vendredi 5 février à 2 h 36 UTC.

La deuxième, la sonde chinoise Tianwen 1, en route depuis le 23 juillet, est entrée dans la zone quelques heures plus tard, à 14 h 35 UTC.

La troisième, la sonde américaine Mars 2020 (équipée de l’instrument français SuperCam), qui a fermé le ban le 30 juillet, est attendue pour sa part dimanche 14 février à 2 h 00 UTC.

 

Une chance sur deux

La première des trois sondes qui devait se placer sur orbite autour de Mars était donc Al-Amal, ce 9 février.

L’allumage de ses six propulseurs principaux devait démarrer à 15 h 30 UTC (16 h 30, heure de Paris), et durer 27 minutes, afin de ralentir sa vitesse d'environ 4 000 km/h, et se retrouver prisonnière de l’attraction de Mars.

C’était, selon les responsables émiratis, la manœuvre « la plus critique et la plus complexe » de toute la mission, avec une chance sur deux de réussite.

« Tout ce que vous voulez essayer de faire dans l'espace est difficile, avait prudemment déclaré pour sa part Pete Withnell, responsable de la mission au Laboratoire de physique atmosphérique et spatiale de l'Université du Colorado, à Boulder. Et quelque chose d'aussi sportif que de mettre un vaisseau spatial sur orbite autour d'une autre planète est encore plus difficile ».

 

Insertion réussie

La confirmation de l’insertion sur orbite a été communiquée vers 17 h15 (heure de Paris) par le Centre spatial Mohammed Ben Rashid.

D'une valeur d'environ 200 M$, Al-Amal est ainsi devenue la première sonde interplanétaire construite par un pays arabe à s’être placée sur orbite autour de Mars.

Sur Twitter, Jean-Yves Le Gall, le président du Cnes, a aussitôt adressé ses félicitations : « FÉLICITATIONS à l'Agence spatiale des Émirats arabes unis et au Centre spatial Mohammed Ben Rashid pour cette réalisation historique ! BRAVO ! »

Al-Amal doit fonctionner sur orbite pendant au moins une année martienne (687 jours), afin d’étudier l'atmosphère et le climat de la planète.

La sonde émirienne devrait être rejointe dès demain par Tianwen 1 (pour un atterrissage en avril ou mai), tandis que l'atterrissage de Mars 2020 interviendra directement le 18 février.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription