0
Défense
Lancement du Satellite de renseignement CSO-1 © CNES / Mira Productions / Parot Rémy, 2018

| ehuberdeau

Lancement du Satellite de renseignement CSO-1

Le satellite de reconnaissance militaire CSO-1 a été lancé le 19 décembre 2018 depuis Kourou. Les trois satellites CSO compléteront puis remplaceront les deux Helios II.

Mecredi 19 décembre 2018, un lanceur Soyouz (Mission VS20) opéré par Arianespace a décollé depuis Kourou avec à son bord le nouveau satellite de reconnaissance militaire français CSO-1 (Composante spatiale optique). D'après le ministère des armées, le lancement est un succès. Le satellite a été mis en orbite à 18h38, heure de Paris. 

Les trois satellites CSO sont réalisé dans le cadre du programme MUSIS lancé en 2009 par la Direction Générale de l'Armement (DGA). La maitrise d'ouvrage des satellites a été confiée au CNES et le contrat de réalisation des systèmes a été notifié en 2010 à Airbus Defense & Space et Thales Alenia Space. Le coût des trois satellites est de 920 M€. L'Allemagne, la Belgique et la Suède participent également au programme. 

Les trois satellites CSO compléteront puis remplaceront les deux satellites Helios II qui sont actuellement employés par les armées françaises. Les CSO sont doté d'une nouvelle optique offrant une meilleure définition, d'une plus grande agilité permettant d'augmenter le nombre de prises de vue sur un théâtre d'opération et d'une plus grande précision en terme de localisation militaire.

CSO-2 doit être placé sur une orbite basse à 450 km et CSO-3 sur la même orbite que CSO-1 à 800 km. Le système devrait être pleinement opérationnel avec ses trois satellites en 2021. 

La France dispose de capacité de reconnaissance militaires spatiales depuis 1995 avec la mise en orbite d'Helios I A et B. Helios II A et B sont actuellement utilisés pour ces missions. La durée de vie des satellites (10 ans) lancés à partir de 2004 imposait leur remplacement. Les armées peuvent aussi accéder aux images prises par les satellites duaux Pléiades. Des accords permettent également d'accéder à des données recueillies par les satellites radar allemands SAR Luppe et italiens Cosmos Skymed.

CSO satellites Soyouz

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription