0
Compagnies aériennes
Alitalia va repasser au régime sec
Alitalia va repasser au régime sec
© Alitalia

| HEGUY Jean-Baptiste

Alitalia va repasser au régime sec

Confrontée à des pertes qui repartent à la hausse, la compagnie italienne cherche une porte de sortie et annonce un plan de 160 M€ d'économies.

En crise depuis plus d'une quinzaine d'années, la compagnie Alitalia a bien du mal à trouver le bout du tunnel. Son actionnaire Etihad Airways (qui depuis novembre 2014 détient 49% de son capital) est bien loin d'avoir atteint les objectifs de redressement de la compagnie transalpine. Rappelons que le transporteur d'Abu Dhabi a investi 560 M€ dans le plan de redressement global portant sur 1,76 Md€. Mais bien loin de se redresser, le transporteur italien a accusé une perte de 199 millions d'euros en 2015 et pourrait encore perdre le double pour l'exercice en cours . Parallèlement, Alitalia a vu son trafic passagers fondre comme neige au soleil. Selon une étude parue dans la Repubblica le 24 décembre 2016, le trafic de la compagnie italienne est ainsi passé de 26,6 millions de passagers en 2007 à un peu plus de 22 millions en 2015.

Les discussions vont donc bon train entre les dirigeants d'Etihad et le gouvernement italien pour essayer de trouver une solution aux difficultés chroniques d'Alitalia. Dans un premier temps, le mot d'ordre est aux économies tous azimuts. La direction de la compagnie a ainsi annoncé qu'elle souhaitait réduire ses coûts non salariaux d'au moins 160 millions d'euros cette année. Selon différentes sources, jusqu'à 2000 emplois pourraient être supprimés, la flotte réduite et des liaisons supplémentaires fermées. Depuis le 1er décembre, Alitalia ne dessert plus Istanbul et à partir du 1er février, ce sont les liaisons Rome-Bucarest et Rome-Valence qui passeront à la trappe, tandis que les lignes de Marseille, Moscou et Tel Aviv verront leur voilure fortement réduite. Par ailleurs, les salaires sont d'ores et déjà gelés. Les cabinets KPMG et Roland Berger ont été désignés pour élaborer avec les actionnaires un nouveau plan industriel susceptible de sauver la compagnie. Toutes les options restent ouvertes, y compris une éventuelle scission du transporteur pour garder les liaisons long courrier plus rentables d'un côté et les isoler de l'activité moyen courrier qui, selon plusieurs journaux italiens (comme "Il Sole"), pourrait carrément être cédée à Ryanair ou Easyjet. 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription