8
Industrie
Wright Electric lance le développement d’un moteur pour un avion électrique de 186 places
Wright Electric lance le développement d’un moteur pour un avion électrique de 186 places
© Wright Electric

| Antony Angrand

Wright Electric lance le développement d’un moteur pour un avion électrique de 186 places

Wright Electric, partenaire d'EasyJet, va développer un moteur électrique et annonce sa collaboration avec l’entreprise aérospatiale britannique BAE Systems, pour accélérer le développement de cette nouvelle technologie. La start-up américaine a l'intention de procéder à des essais au sol de son moteur dès 2021, puis à des essais en vol en 2023.

Wright Electric développe des systèmes électriques à l'échelle du mégawatt, qui seront nécessaires au vol de son avion électrique commercial de 186 sièges baptisé Wright 1. Pour y parvenir, la start-up américaine construit un moteur électrique de 1,5 MW, ainsi qu’un onduleur de 3 kilovolts. Ce moteur constituera la centrale d’alimentation du système électrique du Wright 1.

Actuellement en cours de discussion avec BAE Systems au sujet des commandes de vol et des systèmes de gestion de l'énergie, Wright Electric a l'intention de procéder à des essais au sol de son moteur dès 2021, puis à des essais en vol en 2023. Lors d'un événement organisé par l’entreprise le 30 janvier à New York City, Wright Electric a donné un aperçu en avant-première de son moteur et de sa turbine. 

Wright Electric effectuera des essais aérodynamiques sur son fuselage, qui serviront de base à la conception du système de propulsion. La société prévoit l'entrée en service du Wright 1 en 2030. De nombreuses agences gouvernementales aux États-Unis financent la recherche dans le domaine de l'aviation électrique, notamment la Nasa et l'AFRL (Air Force Research Laboratory).

Répondre à () :


Captcha
Elyo | 31/01/2020 11:14

Développer un moteur électrique de 1 MW pour propulser un aéronef type A320 est possible à très court terme. Ce sont les batteries pour l'alimenter qui posent problème, on est encore loin du rapport poids/puissance indispensable pour que celles ci soient en phase avec les exigences aéronautiques. Elles seront peut être disponibles à l'horizon 2035 selon les spécialistes ? D'ici là les propulseurs électriques auront beaucoup évolué ...

Robert | 31/01/2020 16:15

Et les piles à combustibles elles servent à quoi

Marc Regard | 31/01/2020 15:37

Avide d’avoir des info complémentaires sur le futur avion électrique.

Juan | 31/01/2020 21:49

Aussi lourd à l'atterrissage qu'au décollage...

meier | 02/02/2020 03:16

il faut décoller avec un immense contre poids...par ex..20 tonnes sur 10 m de haut..comme le premier avion des frères Wright en 1903...on économise des quintaux de batteries..!

JHM | 02/02/2020 16:15

A propos de l'avion "tout électrique" (auquel je ne crois pas, sauf alimenté par une pile à combustible), peut-on m'expliquer l'intérêt de l'hybridation? Ma demande est valable aussi pour les voitures. Le rendement global sera toujours inférieur au plus mauvais rendement des moteurs utilisés!

psam | 03/02/2020 08:53

pour une voiture, le rendement d'un moteur thermique est "optimal", par ex à 2500 tr/min, mais assez mauvais à pleine charge entre 0 et 1500 tr/min. Un moteur électrique qui a un bon rendement entre 0 et X tr/min va s'occuper de "lancer la voiture", le moteur thermique prendra le relais. On utilise chaque techno là où elle est la meilleure (et pour les voitures, le rendement est encore amélioré par la récupération d'énergie en déceleration) . Pour un avion, un réacteur est difficilement optimisable pour toutes les phases / conditions de vol, ou alors au prix de techno complexe (decollage, croisière, temps chaud, froid, décollage haute altitude temps chaud, etc..) . Une à combustion dans le fuselage qui produirait de l'électricité pourrait avoir un fonctionnement constant (et donc optimal), les moteurs électriques en charge de la poussée étant plus flexibles. reste la chaleur à récupérer.

Elyo | 03/02/2020 20:49

Une pile à combustible nécessite des réservoirs d'hydrogène (le méthanol est interdit en aéronautique), la sécurité doit dans ce cas être complètement repensée. A t'on des PàC capables de fournir une puissance électrique capable de faire décoller un long-courrier ? Si on veut hybrider le système va t'on stocker dans l'aéronef de l'hydrogène et du kérosene ? Installer sous les ailes des réacteurs et des moteurs électriques ? Multiplier des circuits de puissance électrique et de carburant ? SVP a t'on des réponses à ce genre de questions ?

| | Connexion | Inscription