11
Défense
Vers une commande massive de F-16 Block 70/72 par le Pentagone ? Lockheed perd... et gagne
Vers une commande massive de F-16 Block 70/72 par le Pentagone ? Lockheed perd... et gagne

| Yannick Genty-Boudry 446 mots

Vers une commande massive de F-16 Block 70/72 par le Pentagone ? Lockheed perd... et gagne

Alors que le Pentagone n’a eu de cesse d’expliquer que les avions de 4e génération étaient dépassés, il semble que ceux-ci n’ont pas dit leur dernier mot. A l’instar du F-15EX qui a effectué son premier vol le 2 février 2021, le F-16 dans sa nouvelle version Block 70/72, attire de nouveau l’œil des aviateurs américains.

 

LE F-35 DANS L’IMPASSE

Plus de 47 ans après son premier vol (2 février 1974) le F-16, qui équipe plus de 29 forces aériennes dans le monde et a été produit à plus de 4588 appareils, pourrait connaitre une nouvelle carrière au sein de l’US Air Force. Et ce plus de 16 ans après la livraison du dernier appareil. En effet, son remplaçant programmé, le F-35 accumule les échecs et les retards, avec 871 défaillances selon les auditeurs du Pentagone. Une situation qui provoque l’explosion des coûts d’exploitation, au point que l’US Air Force envisagerait de réduire sa commande à 1050 appareils au lieu des 1765 prévus.

EN ATTENDANT LE NGAD

Aussi pour ne pas pénaliser son ordre de bataille, les Américains sont en quête de solutions palliatives au F-35. A savoir des aéronefs fiables, aux coûts maitrisés et à l’architecture ouverte en attendant l’arrivée à partir de 2040-50 de l’avion de 6e génération, le NGAD (Next Generation Air Dominance), qui vient d’effectuer ses premiers essais. C’est la même logique qui a présidé au programme F-15EX dans le domaine de la supériorité aérienne, pour suppléer au faible nombre de F-22 en service.

SOLUTION SUR ETAGERE

Et il s’avère que Lockheed et ses équipementiers General Dynamics et Northrop poussent progressivement le Pentagone vers l’acquisition d’une nouvelle version F-16 Block 70/72, destinée à l’origine aux marchés exports (neuf et modernisation), au moment où le budget 2021 prévoit une enveloppe de 56,9 G$ pour l’acquisition d’avions de combat. D’ailleurs les marchés anticipent d’ores et déjà la hausse du titre des industriels concernés. Produit depuis novembre 2019 à Greenville, et après plusieurs succès commerciaux (Taiwan, Bahrein …), le F-16 Block 70/72 intègre plusieurs technologies directement empruntées aux appareils de cinquième génération. Comme le radar AESA APG-83 SABR (dérivé de l’APG-77 du F-22, et de l’APG-81 du F-35) qui équipe également les B1-B modernisés, et les F/A-18C des Marines basés à Miramar. Mais il dispose également de nouvelles aérostructures à la furtivité accrue (réservoirs conformes), d’un nouveau système de guerre électronique apte au combat collaboratif, et d’une avionique offrant des fonctionnalités de fusion de données (radar, pod de désignation) pour l’attaque au sol, avec le Center Pedestal Display (CPD). Cette version qui permettrait donc d’intégrer des capacités de 5e génération sur des appareils de 4e génération, à l’image du prochain standard F4 du Rafale de Dassault, intéresse de plus en plus l’état-major américain, en quête d’un aéronef omni rôle capable de soutenir efficacement et à bas couts les forces américaines alors que Russes et surtout Chinois se sont engagés dans une stratégie d’attaque par saturation et de systèmes de contre furtivité, pour déborder les F-22 et les F-35.

 

 

Répondre à () :


Captcha
yannick malaboeuf | 04/02/2021 13:15

ils devraient nous acheter des rafales, ils pourraient avoir des compensations industrielles et technologiques afin qu'ils puissent recommencer à fabriquer de vrais avions

Bonnet | 04/02/2021 22:12

Politiquement tout à fait impossible, mais ça fait un bout de temps que les aviateurs américains (tout comme les allemands, les italiens, les espagnols, les anglais et bien d’autres) doivent rêver nuit et jour de voler sur Rafale...

FX Guédet Guépratte | 04/02/2021 14:13

Malgré toutes les critiques, Donald Trump aura réussit à museler les technocrates du complexes militaro-industriels qui ne juraient que par toujours plus de technologies. Avec des échecs très coûteux (programmes Seawolf, Zumwalt, Gerald Ford, F35 et j'en passe...) pour revenir à des solutions éprouvées, fiables et moins coûteuses. Avec des matériels modernes.

Graillot | 04/02/2021 19:38

C'était la polémique lorsque le benelux a préféré cet avion au mirage F1 mais quand on voit la carrière et le palmarès de cet aéronef il n'y avait pas de discussion c'était le meilleur. C'est aussi quelque part une bonne claque au système de la vétusté programmée qui ne concerne pas que l'électronique !

Marc | 05/02/2021 08:08

Mais qu'est-ce que tu racontes ? Le Benelux n'est pas un pays. C'est un espace économique exclusif, un e version mini de l'UE qui regroupe la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Et si tu crois que le F1 surpasse le F16 alors arrête de fumer la moquette.

Julien | 05/02/2021 15:37

Marc t as pas saisi il dit que le benelux a eu raison de choisir le f16

Bonnet | 05/02/2021 20:11

Échec inévitable: notre pays proposait un F1 remotorisé par un M53 si ma mémoire ne me trahit pas (Mirage F1 capable de Mach 2.5+ disait la pub du « marché du siècle ») 1er vol d’une mirage F1 1966; 1er vol du YF16 1974, 1er vol du prototype F16A en 1976. Avec le F15 les 2 premiers zincs de combat à CDVE. Le concurrent français du F16 c’est le Mirage 2000 (1er vol 1978). Et le Mirage 2000 est loin d’être ridicule en combat contre un F16. Le F1 c’est la (vraie) génération précédente. Mais personne n’est obligé de me croire.

Bonnet | 05/02/2021 20:11

Échec inévitable: notre pays proposait un F1 remotorisé par un M53 si ma mémoire ne me trahit pas (Mirage F1 capable de Mach 2.5+ disait la pub du « marché du siècle ») 1er vol d’une mirage F1 1966; 1er vol du YF16 1974, 1er vol du prototype F16A en 1976. Avec le F15 les 2 premiers zincs de combat à CDVE. Le concurrent français du F16 c’est le Mirage 2000 (1er vol 1978). Et le Mirage 2000 est loin d’être ridicule en combat contre un F16. Le F1 c’est la (vraie) génération précédente. Mais personne n’est obligé de me croire.

charles Falcon | 11/02/2021 18:23

Le bon sens finit toujours par retrouver ses droits, une machine volante doit d'abord bien voler, ensuite la logique qui a donné le très coûteux F35 fait qu'à la 7ème génération des pays comme la France ne pourraient disposer que d'une poignée d'appareils, la moitié en MCO. L'histoire militaire démontre amplement qu'il n'existe pas d'arme classique miracle et que la recherche de l'hyper technologie sans le nombre est quasi toujours une erreur (voir les chars Tigre opposés aux chars russes et us moins sophistiqués mais produits en masse).

Bonnet | 13/02/2021 21:03

Tout à fait d’accord, mis à part que la dérive , délirante, « furtivo-technologique » américaine a commencé avant le F35... Le F22, il devait y en avoir 750 et finalement 186 ex (avec les prototypes) ont été construits avant arrêt de la chaîne pour coûts prohibitifs (au moins 400 millions/pièce). Il en reste environ 110 en état de vol, avec une efficacité militaire très surestimée (comme pour le F35, le MCO est délirant, au moins 2 journées au sol après un vol...) et une électronique aujourd’hui dépassée et quasiment impossible à remettre à niveau. Le F35 c’est encore pire, quant à la flotte, les 10 PAN de la classe Nimitz seront remplacés par 3 PAN de la classe Ford (s’ils fonctionnent correctement un jour, ainsi que les F35 embarqués...). Plus d’une cinquantaine de frégates de la classe Zumwalt devaient être produites... Au final ce seront 5 ou 6 exemplaires qui connaîtront la mer et encore sans faire le plein de munitions (chaque obus du canon à tir rapide vaut 800000 dollars...). Les USA qui relance la production d’avions (F15 et F16) dont la conception remonte à plus de 50 ans, sans parler de leur flotte de B52 qui vole depuis 60 ans... Cela veut tout dire. Mais personne n’est obligé de me croire.

didier BENNET | 05/04/2021 16:28

article trés intéressant.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription