13
Les Dossiers d'Air&Cosmos
VERS LA FIN DE LA FURTIVITÉ ?

| Yannick Genty Boudry

VERS LA FIN DE LA FURTIVITÉ ?

APRÈS 40 ANS DE SUPRÉMATIE, LES PLATEFORMES FURTIVES AMÉRICAINES SONT DÉSORMAIS EN PASSE D’ÊTRE CONTESTÉES. NOUVELLE TECHNOLOGIE D’IMAGERIE À LONGUE DISTANCE. UNE TECHNOLOGIE QUI, IRONIE DU SORT, EST D’ORIGINE AMÉRICAINE

Russes et Chinois ont redécouvert les ressources oubliées des radars UHF/VHF pour détecter bombardiers ou drones furtifs

Si Russes et Chinois ont redécouvert les ressources oubliées des radars UHF/VHF pour détecter les bombardiers ou les drones furtifs, ceux-ci n’offrent pas toujours la précision requise pour assurer la conduite de tir des systèmes antiaériens. Pourtant, les pépites technologiques que sont les chasseurs F-22 et F-35, les bombardiers stratégiques B2, les drones, ou encore les missiles de croisière pourraient bien être prochainement menacés par une nouvelle génération de systèmes de vision infrarouge dont la résolution et la portée surpasse bon nombre de radars aéroportés. 

Le « BLack Programme » de L’U2. 

Au début des années 2000, véritable icône de la guerre froide, l’avion de reconnaissance tactique et stratégique U2, dont le développement remonte aux années 1950, se prépare à une nouvelle modernisation. Une modernisation qui va le doter d’une capacité disruptive pendant près d’une décennie. A l’époque, malgré l’émergence du drone Hale Global Hawk et de ses missions médiatiques lors de la guerre du Kosovo, l’U2 s’avère toujours un irremplaçable instrument de décision, tant pour les décideurs politiques que militaires, lors de toutes les phases d’un conflit. 

Car, contrairement aux satellites, avec sa distance franchissable de plus de 10000 km, il est des plus difficile de prévoir ses zones et ses créneaux d’observation. Grâce à son système de charges modulaires, l’avion américain qui se pilote comme un planeur, est truffé de capteurs qui lui permettent de couvrir à plus de 23 km d’altitude tous les types de missions ISR : cartographie de terrain, imagerie de nuit par infrarouge ou au travers des nuages grâce à son radar SAR, écoute des communications adverses, triangulation, détection des essais nucléaires grâce au prélèvement de particules dans l’atmosphère, relais de communication… Encore aujourd’hui, rares sont les systèmes de drones à offrir une telle réactivité. 

Car, en dehors des phases de décollage et d’atterrissage, le vol qui est entièrement automatisé permet au pilote de se transformer en opérateur qui, immergé dans l’environnement opérationnel, peut orienter les capteurs avec discernement, et en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain. Mais depuis la guerre du Golfe la vocation de l’avion américain évolue désormais vers l’identification et le ciblage en temps réel des systèmes d’armes adverses au profit des commandants sur le champ de bataille. C’est pour cette raison qu’à partir de 1991 une ligne budgétaire protégée finance l’intégration à bord de l’avion d’une caméra optique et infrarouge dotée d’un niveau de performance tant en grossissement qu’en résolution inédit, le SYERS. Un niveau réservé jusqu’alors aux seuls satellites. C’est pourtant cette même caméra qui sera remplacée à peine quelques années plus tard par une seconde version, en raison d’une innovation qui restera longtemps secrète. La société américaine Itek parvient en effet à mettre au point un prototype de capteur fondé sur la technologie SWIR.

Voir l’invisible

Peu connue du grand public, cette technologie exploite la longueur d’onde dite proche des infrarouges (SWIR signifie en effet Short Wave Infra Red – « ondes courtes infrarouge ») qui se situe entre 1 et 2,5 μm. En deçà, il s’agit du domaine du spectre baptisé NIR (Near Infra Red – « proche infrarouge ») utilisé par les intensificateurs de lumière et, au-delà de 3 μm, de celui des autodirecteurs de missiles (MWIR) ou de l’imagerie thermique sans illumination (LWIR). Or le SWIR offre plusieurs particularités notables. 

Tout d’abord, contrairement à l’imagerie traditionnelle où l’on ne distingue que les points chauds, la résolution sur des distances bien supérieures est ici incomparable. En outre, l’observation sur cette longueur d’onde est moins altérée par la température ambiante et la condensation atmosphérique. Mais surtout, à 1,4 μm, l’eau cesse d’être transparente pour devenir opaque. Un atout qui permet ainsi de caractériser les matériaux secs et d’utiliser la surface des océans ou le fond du ciel rendu humide par l’évaporation naturelle comme un écran noir sur lequel les objets furtifs rendus indétectables pour les radars traditionnels, en raison de leurs tailles, de leurs volumes, de leurs matériaux absorbants, ou de leurs dispositifs en guerre électronique, apparaissent ici au grand jour. 

Il devient donc possible à des distances de plus de 150 km de contrer les systèmes de camouflage, de détecter comme de procéder à la classification des avions furtifs, des drones, des missiles de croisière, ou des embarcations dédiées aux forces spéciales. Une capacité d’autant plus redoutable qu’elle est totalement passive, donc indétectable, et qui surtout ne prête pas le flanc aux dispositifs de guerre électronique. Enfin, cette technologie n’en serait, si l’on en croit les experts, qu’au début de son évolution. En effet, elle n’exploiterait pas encore le phénomène d’illumination naturel baptisé « Night Glow » qui se produit de nuit, à 80 km d’altitude, dans la haute atmosphère. 

Un phénomène qui, une fois maîtrisé, constituera un véritable atout pour des plateformes volant au-dessus du plafond nuageux et en charge des missions de veille stratégique.

LIRE LA SUITE DANS LE PDF JOINT

Répondre à () :


Captcha
FEJA MAPENDO KABYABU | 21/03/2020 06:50

La technologique évolue

Santos | 21/03/2020 08:44

La furtivite américaine est morte un jour de mars 1999 en Serbie après la chute du F117. Les américains ont aussi perdu le bombardier à 2 milliards de dollars le ''fameux'' B-2,le Spirit of Missouri tombé en territoire croate.Les chinois et les russes ont pu récupérer toutes les informations concernant ces 2 avions dits invisibles.

Santos ignorant | 21/03/2020 13:50

Vous vous entendez parler récupérer toutes. Vous êtes ignorants vous ne savez pas que la furtivité s'appuie essentiellement sur des capteurs et devinez qui sont les meilleurs dans ce domaine. En attendant vos chinois et russes investissent dans les avions furtifs alors si c'etait si révolu. Croyez toujours être plus intelligents que les généraux et industriels.

Elyo | 21/03/2020 16:13

Le chasseur essaie toujours de se dissimuler tandis que la cible tente de le détecter. Actuellement la détection semble avoir un avantage sur la furtivité mais pour combien de temps ? Je suis d'accord avec vous sur le fait que la Russie s'essaie à la furtivité avec le SU57 et rencontre beaucoup de difficultés. On parle du J20 chinois mais qui connaît réellement ses performances ? Les USA planchent déjà sur la VIème génération de chasseurs et il n'existe aucun équivalent en Chine et Russie de leurs bombardiers furtifs type B1-2 etc ...

Santos | 21/03/2020 22:42

Le F117 retiré du service.Pour un avion révolutionnaire sa duree de vie n'à pas excedee 15 ans.Quant au F35 c'est une casserole volante, tout juste bonne pour mettre de la poudre aux yeux des aveugles que sont les acheteurs,sous la pressions des américains. Le Rafale , lors des exercices mène 10-2 face au F22.En Syrie les Sukhoi 35 ont accroché le F22 à plus de 150km. Drôle de furtivite? Le F117 à ete abattu avec une technologie des années 60 ,SAM 6.Les américains n'attaqueront jamais un pays disposant des S300 ou S400. Quant au B-2 tôt ou tard on aura la confirmation de sa perte.A la place où il est tombé il y maintenant un petit lac. Demandez confirmation aux habitants de Vinkovci en Croatie. Budget américain 800 milliards de dollars, russe 80,chinois idem. Excusez nous on ne savait pas qu'il était invisibleC6EFF7

Borok83 | 21/03/2020 23:16

Vous êtes de l'époque de Santos..... Dumont légèrement en retard. Pour les S400 ils ne posent aucun problème aux israéliens, vous n'avez jamais dû voir et encore moins touché un F22. Fidèle à ce que vous semblez défendre avec coeur, vous mentez, Poutine ne fait que ça, et son copain chinois aussi.

Santos | 22/03/2020 02:45

Mon cher Borok ou plutôt Barak, Tant que les israéliens se tiendront à distance des bases russes en Syrie......A ma connaissance Israël ne dispose pas de F22. Leurs pilotes se cachent derrière des avions civils pour tester les défenses adverses.Ne surtout pas chatouiiler l'ours russe qui est en train de terrasser Daech lui même soutenu tacitement par Israël et la Turquie. Quant aux mensonges de Poutin et Si ce sont des enfants de coeur par rapport aux americains et leur état profond.1

Elyo | 22/03/2020 14:33

Santos les acheteurs de F35 sont donc tous aveugles ? C'est probablement du à l'aveuglante lumière issue de votre intelligence !! on se calme ce n'est qu'une petite provocation 😏😏 pour ma part je redis que dans le combat entre la furtivité et la détection chacune prendra tour à tour l'avantage sur l'autre

chaibou nomao | 22/03/2020 21:15

Je viens de lire à travers votre article air et cosmos un point sur la fin de la furtivité de certains avions de guerre comme le B2 us. Avant rentrer dans les détails, je vous informe que je suis un passionné de l'air et cosmos, un journal que je lisais avant. Je m'intéresse aussi à l'aviation militaire ainsi que la cosmologie. S'agissant de la fin de furtivité des avions de guerre, Je pense bien que la Chine et la Russie cherchent toujours à conter la furtivité des avions américains conscients de leur vulnérabilité. En 2016 la Chine s'est vantée d'avoir détecté un F22 américain survolant la mer de Chine méridionale avec des radars VHF/UHF. Maintenant les choses deviennent plus compliquées lorsque la Chine aura mis au point son radar quantique. Le J20 certe est chasseur de 5 ème génération qui souffre pour le moment de motorisation, bien qu'il existe un essai d'un moteur à poussée vectorielle. C'est vrai aussi les chinois ont fait tout pour que cet avion puisse rivaliser le F22 US.

Santos | 24/03/2020 19:42

Mon cher Elyo, La pression américaine sur ses sois-disant alliés, lire toutous, est telle qu'il ne peuvent qu'acheter américain. Dassault pourtant dans l'alliance n' à pas ce poids. Ni Mirages , ni Rafales n'ont trouvé preneur des pays de l'OTAN. Souvenez vous des F-104 Starfighter des années 60,qui n'avaient pas besoin d'adversaires,ils se cassaient la gueule tout seuls ( plus de 150 ) pour la seule RFA.Israël n'à pas déployé un seul F35 au dessus de la Syrie par peur des amerLOQUES qu'il soit perdu ce qui nuirait à ses ventes. En confrontation directe je me sentirai mieux dans un Rafale.

Elyo | 25/03/2020 23:58

Bonsoir Santos je suis d'accord avec vous sur le fait que les USA savent mettre une pression terrible sur les pays potentiels clients d'aéronefs militaires. Pour beaucoup d'entre-eux c'est le prix à payer pour bénéficier du " parapluie " militaire US. En son temps l'Urss inondait le bloc de l'Est et autres démocraties populaires de ses matériels militaires et garantissait leur sécurité en retour. Tant qu'il n'y aura pas de défense européenne offrant les mêmes garanties que les USA cette situation n'évoluera pas. Par contre je vous trouve bien sévère à l'égard du F35 qui a quand même été choisi par Tsahal ou la RAF, des armées de l'air pas très réputées pour jouer avec la sécurité d'Israël et de la GB par des mauvais choix. Le F35 est un avion hyper sophistiqué qui à terme soutiendra non seulement la comparaison avec n'importe quel autre chasseur mais qui en enverra bon nombre à la retraite. Les F104 allemands attendent ont été c'est vrai un flop absolument dramatique du au constructeur US mais aussi à la Luftwaffe qui l'a surchargé de modifications peut-être pas toutes bien venues. On peut aussi remarquer que dans les conflits qui ont mis aux prises des aéronefs des deux blocs (Est / Ouest) les chasseurs français et américains ont la plupart du temps pris le dessus sur leurs adversaires . Merci aussi pour votre sens de l'humour Santos, vous n'avez pas mal réagi à ma petite attaque et ça c'est à souligner par les temps qui courent 😉

Math | 26/03/2020 07:55

Il reste quoi comme avantage au F35? Il n’est pas rapide, pas agile, peu autonome, a des capacités limitées en emport d’armement, cher à l’heure de vol, mais est furtif. Si cet avantage disparaît, cela explique les réductions de cible d’achat des USA, avec les achats de F16, F15 et F18. Dans la destruction d’un S300 en Syrie, il semblerait que ce soit des civils qui servent d’otages, car les F35 se cachent derrière eux pour tirer. Ça marche. Mais ça marche pareil avec un mirage 2000. Bon, bref... la dinde est cuite.

Santos | 27/03/2020 23:46

Très cher Elyo, Je suis très content de vos commentaires pertinents et passionnés . Étant dans le même cas que Vous, j'essaie de trouver un juste compromis entre passion et raison. Je ne suis pas du tout pro russe ou pro chinois, mais je suis un adversaire acharné contre le bourrage de crâne de nos médias. Permettez un petit retour en arrière concernant l'aviation militaire en général. La glorieuse escadrille Normandie Niemen( 285 avions allemands abattus) est rentrée en France sur leur YAK-9,cadeau de Staline. Les pilotes français au sein de la RAFF ont eu la proposition de racheter leur Spitfires au prix fort.Ah oui j'oubliais,l'escadrille est aussi détentrice de la plus haute décoration de l'URSS ,héros de L'union soviétique .Quel est le plus grand as de l'aviation allié pendant la 2 guerre mondiale? Un russe.Celle de Corée ? Un russe. Celle du Vietnam. Tiens un Nord vietnamien .Tout cela sur des chasseurs russes. Ont ils oubliés de construire des avions depuis 50 ans? Je ne pense pas. Les français, je ne crois pas. Je rigole en regardant les documentaires made in USA,qui nous disent que le ratio des victoires en Corée est de 8:1.Celui du Vietnam 10:1.Bien sur en leur faveur.Tous les chasseurs ont des qualités et des défauts. Le pilote est primordial. Quant à la propagande des uns et des autres elle existera toujours .Quand au moteur de TOUT c'est le FRIC et cela n'est pas prêt de s'arrêter.Je vois le monde differament des gentils américains et des méchants russes. En ces temps difficiles dû à la pandémie qui nous frappe, je trouve pitoyable et criminel de voir que 9 pays de l'UE ont refusé le survol de leur territoire aux AN-76 russes bourrés de matériel médical destiné à l'Italie .Merci aussi aux nos voisins teutons de bloquer toute exportation de ce même matériel vers 'UE.Desolé de m'être éloigné du sujet principal et je vous souhaite SANTÉ pour pouvoir débattre avec plaisir si les circonstances le permettent.

| Connexion | Inscription