0
Espace
Un satellite de l'UE dans l'escarcelle de SpaceX
Un satellite de l'UE dans l'escarcelle de SpaceX
© NASA

| Pierre-François Mouriaux

Un satellite de l'UE dans l'escarcelle de SpaceX

L'entreprise californienne vient de décrocher le (juteux) contrat pour le lancement du satellite Sentinel 6A, a priori inaccessible aux lanceurs européens.

Le 19 octobre, la Nasa a annoncé avoir choisi le lanceur Falcon 9 de SpaceX pour lancer le satellite américano-européen Sentinel 6A (Jason CS, pour Continuity of Service), future composante du programme d'observation de la Terre Copernicus et du projet d'océanographie opérationnelle MyOcean, financés par la Commission européenne.

Dans le cadre de l'accord passé en 2009 entre l'Agence spatiale américaine et le Jet Propulsion Laboratory (JPL), l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique NOAA, l'Agence spatiale européenne, l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques Eumetsat et le Cnes, les Européens fournissent la plupart des instruments (dont l'altimètre radar Poséidon 4, construit par Thales Alenia Space), tandis que les Américains se chargent notamment du lancement.

Celui-ci s'effectuera donc depuis la base de Vandenberg (Californie), en novembre 2020. Il s'agira d'une mission visant une orbite non héliosynchrone, haute de 1 336 km. Fabriqué par Airbus Defence and Space sur la base du satellite Cryosat 2, Sentinel 6A ne pèse que 1 440 kg au décollage.

 

Vega et Vega C hors course.

Le choix s'est visiblement fait au détriment de deux autres lanceurs américains, l'Antares d'Orbital ATK et l'Atlas 5 d'United Launch Alliance, tandis que leurs concurrents européens n'ont pas eu voix au chapitre : l'actuel Vega d'Arianespace n'est pas dimensionné pour cette mission, et le futur Vega C n'a encore fait ses preuves.

Surtout, le montant du contrat a de quoi faire grincer les dents en Europe : il atteint la bagatelle 97 M$ (comprenant le service de lancement et « d'autres coûts liés à la mission »), à comparer aux 62 ou 63 M$ facturés par SpaceX pour un lancement de satellite commercial de plusieurs tonnes vers une orbite de transfert géostationnaire...

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription