4
Défense
Transport militaire  : une dépendance française dangereuse © Antonov

| BOQUET Justine

Transport militaire  : une dépendance française dangereuse

Le député François Cornut-Gentille a présenté, le 28 mars dernier, un rapport alarmant sur le transport militaire français. Il a dénoncé une dépendance trop importante à la Russie et à l'Ukraine.

Le rapport présenté devant la Commission des finances de l'Assemblée nationale part d'un constat simple  : l'armée française est beaucoup trop dépendante de la Russie et des Antonov An-124 pour le transport stratégique. «  Dans les faits ce sont les Russes et les Ukrainiens qui ont la maîtrise de la projection de nos forces sur les théâtres extérieurs  », a déclaré le rapporteur Cornut-Gentille.

Et cette situation n'est pas près de s'arrêter. L'arrivée de l'Airbus A400M, destiné au transport militaire et ayant une capacité d'emport moindre, ne mettra pas un terme à cette dépendance. Quand les Antonov An-124 peuvent emporter 100 à 120 tonnes de charge utile, l'Airbus A400M dispose d'une capacité 5 fois moins importante, avec 25 à 30 tonnes.
Autant dire que les gros matériels, type blindés ou hélicoptères, ne pourront pas être acheminer par l'A400M, estime le parlementaire.

Le problème reste donc entier. Les Antonov An-124, détenus par 3 compagnies, une ukrainienne et deux russes, deviennent donc un outil stratégique pour les Russes. D'autant plus que «  98% des pièces de rechange [de ces appareils] proviennent de Russie  ». Le député a également rappelé que Moscou n'avait pas hésité à les utiliser comme moyen de pression en 2015, lors de l'annulation du contrat Mistral. L'entreprise russe TTF Air 224, une des compagnies opérant les An-124, avait alors arrêté ses vols pour la France. «  La mise à disposition d'Antonov An-124 devient un enjeu diplomatique" – ajoute François Cornut-Gentille. Une nouvelle dégradation des relations avec ces deux Etats pourrait paralyser totalement les capacités de projection aérienne de la France  ».

La France serait actuellement capable de faire face à seulement un quart de ses besoins en transport militaire avec ses cinq Airbus (2 A340 et 3 A310) et ses 14 Boeing (11 C135 et 3 KC135). Pour répondre à cet enjeu majeur, la France aurait étudié la possibilité, en 2015, de s'équiper de C-5 Galaxy de Lockheed Martin. Si le dossier ne semble pas avoir avancé, il pourrait se compliquer avec l'arrivée de M Trump au pouvoir.

 

A310 A340 A400M An-124 Antonov Avions de transport Boeing C-135 forces armées KC-135 Russie TRANSPORT MILITAIRE Ukraine CROISSANCE Drone Volt Resultats Cessna Cessna SkyCourier 408 Essais en soufflerie Validation de concept aérodynamique Airbus Airlog

Répondre à () :


Captcha
Le Chat de Tom | 03/04/2017 18:45

Et pourquoi ne pas commander de nouveaux An-124 a l'Ukraine ! Antonov se ferait un plaisir d'en construire pour la France !

Ysgawin.HADDAD | 04/04/2017 14:05

Et les choses ne vont pas s'arranger avec l'arrivée de nouveaux matériels systématiquement plus lourds que les anciens, comme par exemple les Griffon qui pèsent le double es vieux VAB

Christian.RIOUALL | 04/04/2017 15:23

Et du côté d'Airbus, pas envie de faire des Beluga destinés à ce genre de transport?

chaf.mes | 04/04/2017 18:01

Cela est vrai , Dernierement l'armée française a fait appel à l'antonov AN70 , concurrent directe de l'airbus A400, pour transporter du matériel lourd de l'afrique vers la France. Une misssion que le AN70 a bien mener. Où donc est passé le A400 de l'armée française ?

| Connexion | Inscription