0
Espace
Thales Alenia Space ouvre une nouvelle usine en Belgique
Thales Alenia Space ouvre une nouvelle usine en Belgique
© ACTEMIUM

Thales Alenia Space ouvre une nouvelle usine en Belgique

L’industriel franco-italien a inauguré le 20 septembre son troisième site de production outre-Quiévrain. Cette usine 4.0 sera dédiée à l’assemblage de panneaux solaires pour satellites de télécommunications.

Après Charleroi (usine d’électronique de puissance pour satellites et lanceurs) et Louvain (nouvelles technologies et produits avioniques), Thales Alenia Space poursuit sa politique de développement en Belgique : à Hasselt, dans la province de Limbourg, un troisième site de production vient d’être aménagé. Il sera dédié à l’assemblage des cellules photovoltaïques pour former des panneaux solaires pour satellites de télécommunications, en complément du site de Leonardo à Nerviano, en Italie, dédié aux programmes des agences spatiales européenne et italienne.

L’investissement représente environ 20 M€, dont quelques 30 % proviennent de la Politique scientifique fédérale (Bespo). Le projet a également bénéficié du soutien du programme Artes (Advanced Research Telecommunications Systems) de l’Agence spatiale européenne.

 

450 cellules par roulement.

L’usine se distingue notamment par un très haut degré d’automatisation, entraînant une réduction des coûts et une augmentation de la qualité. En effet, toutes les opérations critiques et répétitives, qui demandaient beaucoup de ressources, seront réalisées par des robots ou avec l’aide de la réalité augmentée, tandis que les contrôles optiques seront à la fois facilités et renforcés grâce à l’intelligence artificielle.

Toutes les 6 à 8 heures, ce sont 450 cellules qui sont ainsi assemblées. Elles sont ensuite connectées entre elles grâce à un harnais électrique.

 

Satria comme première commande.

A plein régime, le site de Hasselt doit pouvoir équiper une douzaine de satcoms par an, chaque satellite pouvant compter jusqu’à 12 000 cellules photovoltaïques.

Est également envisagée la production de panneaux flexibles (enroulables), bien moins encombrants sous la coiffe d’un lanceur que les panneaux rigides actuels, mais encore complexes à déployer.

Pour l’heure, la vingtaine de personnes basée à Hasselt devra équiper d’ici fin 2020 le satellite indonésien Satria, dont Thales Alenia Space s’est vu confier la maîtrise d’œuvre cet été.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription