0
Industrie
SpaceJet, le M100 mis en sommeil par Mitsubishi
SpaceJet, le M100 mis en sommeil par Mitsubishi
© MHI

| Antony Angrand

SpaceJet, le M100 mis en sommeil par Mitsubishi

Mitsubishi Heavy Industries a suspendu le développement de la variante M100 de sa famille d’avions de ligne régionaux SpaceJet et ce jusqu’à nouvel ordre. L’entreprise va également examiner et reconsidérer ses plans concernant la version de 76 places.

Le M100 suspendu 

Mitsubishi Heavy Industries Ltd a suspendu le développement de la variante M100 de sa famille d’avions de ligne régionaux SpaceJet jusqu’à nouvel ordre. Pendant la suspension, l’entreprise examinera et reconsidérera ses plans d’élaboration de son appareil biréacteur de 76 places. L’entrée de service du M100, qui n’a pas encore volé, était prévue pour 2023.

Pendant ce temps, les travaux sur la version 88-92 sièges du SpaceJet ou M90, va de l’avant. Plus tôt cette année, Mitsubishi avait reporté l’entrée de service du M90 jusqu’à l’exercice 2021 de la société au plus tôt. L’exercice 2021 de Mitsubishi commencera en avril 2021 et se poursuivra jusqu’en mars 2022. L’entrée de service du M90 avait déjà été prévu pour la mi-2020. Mitsubishi a jusqu’à présent affecté cinq M90 aux essais en vol, le dernier en mars 2020. Cependant, la durée totale des essais en vol a été quelque peu perturbée en raison de la pandémie de COVID-19. Les finances de Mitsubishi ont également été affectées par la pandémie. Mitsubishi a l’intention de réduire le budget du programme SpaceJet à 60 milliards de Yens (559 millions de dollars) pour son exercice 2020.

MRJ70 puis SpaceJet M100 

Au sein de l'ex famille MRJ, un modèle de 76 places, le MRJ70, a été abandonné et remplacé par une version redessinée, le SpaceJet M100. Le M100 est spécifiquement conçu pour être conforme aux restrictions actuelles de la Scope clause américaine. Cette dernière interdit aux partenaires aériens régionaux des trois grands transporteurs américains d’exploiter tout aéronef dont la masse maximale au décollage dépasse 86 000 livres (soit 39 tonnes) ou qui peut accueillir plus de 76 passagers. Le M100 peut transporter 76 passagers dans une configuration trois classes. Dans cette configuration, son poids maximal au décollage est de 86 000 livres, soit 39 t. Le M90 peut être configuré avec 76 places, mais il dépasserait toujours la limite de masse fixée à 86 000 livres. Faire voler le M90 à une masse inférieure à ce niveau entraînerait une perte d'autonomie drastique. Ainsi, en raison de la Scope clause, le potentiel de vente de la M90 sur le grand marché américain est sévèrement limité.

Scope clause version 2

Des possibilités d’assouplissement de la Scope clause se présenteront à mesure que les contrats des pilotes des trois compagnies américaines seront modifiés ou renouvelés. En effet, les trois contrats sont actuellement modifiables et font l’objet de négociations entre les compagnies et leurs pilotes. Cependant, il semble peu probable que cette série de renouvellements de contrats se traduira par un assouplissement concernant l'autonomie, du moins en ce qui concerne la restriction cruciale concernant la masse des appareils. 

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription