advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


10
Aviation Civile
Sécurité aérienne : série noire pour le Pratt & Whitney PW4000
Sécurité aérienne : série noire pour le Pratt & Whitney PW4000
© DR

| La rédaction

Sécurité aérienne : série noire pour le Pratt & Whitney PW4000

Le même jour, des deux côtés de l'Atlantique, des incendies moteurs ont affecté des Pratt & Whitney PW4000 équipant un Boeing 777-200 de United Airlines et un 747-400 de Longtail Aviation. Un premier incident avait eu lieu au Japon en décembre 2020.

Premier incident sur PW4000 au Japon

Le 4 décembre 2020, un Boeing 777-200 de Japan Airlines avait subi un incident moteur non contenu alors qu'il était en pleine phase de montée à une altitude FL160/170 après avoir décollé de l'aéroport de Naha pour se rendre à destination. Le moteur n° 1, un Pratt & Whitney PW4074, a subi une forte explosion suivie d'importantes vibrations. Après avoir émis un "mayday", l'équipage avait ramené l'avion sans difficultés particulières sur l'aéroport de Naha. La première inspection réalisée au sol avait révélé que deux aubes de la soufflantes s'étaient rompues et qu'un bout de la nacelle moteur manquait tandis que la partie arrière du fuselage était abîmée sur 30 cm. Le rapport préliminaire réalisé par le JTSB, le bureau d'enquêtes et d'analyse japonais, avait mis en évidence les ruptures des aubes n° 15 et n° 16. Le moteur en compte 22. La première s'était rompue à une hauteur de 72cm de sa base, la seconde à 18 cm. Ces aubes avaient accumulé plus de 43 000 heures de vol et plus de 33 500 cycles.

Deux autres incidents moteurs le même jour

Puis, le 20 février, des deux côtés de l'Atlantique, des moteurs Pratt & Whitney PW4000 subissaient à leur tour des incidents similaires, l'un équipant un Boeing 777-200 de United Airlines, l'autre (PW4056) un Boeing 747-400 BCF (avion passagers reconverti pour le fret) de Longtail Aviation. Le quadriréacteur était lui aussi en phase de montée après son décollage de l'aéroport d'Aachen avec pour destination New York. Des fragments d'aube ont été projetées et sont retombées sur le village de Meerssen. Après avoir émis un "mayday", l'équipage a réalisé un atterrissage sur l'aéroport de Liège après avoir suivi un circuit d'attente pour larguer son carburant. C'est également quelques minutes après son décollage de l'aéroport de Denver, que le Pratt & Whitney PW4077 n°2 du Boeing 777-200 de United Airlines a explosé, projetant des morceaux du capot d'entrée moteur et du capot de soufflante qui sont retombées sur une zone résidentielle.

Le précédent de 2018

Un autre Boeing 777-200 de United Airlines avait déjà rencontré un incident similaire en février 2018 alors que l'appareil était encore en phase de croisière et qu'il s'apprêtait à amorcer sa descente sur Honolulu. L'enquête du NTSB avait conclu que la cause probable de la rupture de l'aube n° 11 était due à une crique de fatigue qui avait été mal interprétée et donc non correctement traitée par le technicien, faute d'une formation suffisante sur le nouveau programme de procédure d'inspection TAI alors mis en place par Pratt & Whitney.

Répondre à () :


Captcha
PeeF | 23/02/2021 08:31

Le film du dernier incident semble montrer une soufflante intacte mais qui semble flotter sur son axe. De plus l'incendie (couleur et position) semble plus provenir d'un feu de lubrifiant que de carburant. Problème au niveau du palier avant ? Le rapport du vol AF au dessus du Groenland évoquait la taille importante des pièces moteurs en regard des éprouvettes utilisées pour les essais destructifs et l'impossibilité d'effectuer des essais non destructifs sur certaines parties des pales. Retour aux moteurs de plus faible diamètre et donc au tri ou quadri-réacteurs ?

Jacques | 23/02/2021 09:10

Bonne question. Néanmoins, cela paraît peu probable si l'on considère les économies apportées par le passage au bimoteur sur toutes les routes. Reste à engranger l'expérience et fiabiliser les très gros moteurs.

Guillaume | 23/02/2021 13:39

Bonne remarque. Je viens de voir les photos du réacteur de United et on voit clairement que une aube est manquante et une est fortement endommagée. Donc à voir et attendre le rapport américain.

POT | 24/02/2021 20:54

Pour les contrôles non destructifs un procédé de révélation des défauts sur les alliage Titane existe chez SGI GALVANOPLASTIE INDUSTRIEL : “le BLUE ETCH”. À creuser c’est peut être une solution?

Didier | 25/02/2021 10:16

PeeF, le GE90 est aussi un "très gros moteur" équipant lui aussi le triple 7, je n'ai pas souvenir de ce genre de problème sur un GE90 depuis sa déjà longue carrière ?

Olivier | 23/02/2021 17:05

Novice en aviation, je lis sur wikipédia que le PW4000 équipe aussi des Airbus A300 A310 A330. Comment se fait-il que ces avions ne sont pas suspendus de vol ?

disons | 25/02/2021 03:48

C'est une famille de moteurs très variés en fait et puis tu sais des A300 et A310 il en reste très peu en service !

Dussi Silvio | 24/02/2021 14:06

Très interessant

Dussi Silvio | 24/02/2021 14:08

Très interessant

JP | 24/02/2021 16:13

Bonjour Olivier, Les moteurs peuvent être déclinés en plusieurs séries sans équiper forcément les mêmes avions. Un autre exemple serait celui des CFM56. Le CFM56-3 est sur des B737CL, Le CFM56-5A/B sur les séries A320, CFM56-5C sur les A340 et les CFM56-7B sur les B737NG. Cdlt,

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription