0
Espace
Redémarrage programmé du Centre spatial guyanais
Redémarrage programmé du Centre spatial guyanais

| Pierre-François Mouriaux

Redémarrage programmé du Centre spatial guyanais

Mis en sommeil depuis le 16 mars pour prévenir la pandémie de Covid-19, le port spatial de l’Europe devrait reprendre ses activités opérationnelles à partir du 11 mai. Sous certaines conditions.

Mesures préventives

Dans le cadre du déconfinement progressif annoncé par le gouvernement, la Préfecture de la Guyane et le Cnes ont précisé le 28 avril dans quelles conditions serait organisé le redémarrage des activités opérationnelles au Centre spatial guyanais, afin de garantir des conditions de sécurité maximales pour les populations locales et les missionnaires.

Les mesures concernent essentiellement le retour en Guyane de ces derniers : ils devront avoir observé un confinement strict et subiront un test avant d’embarquer pour la Guyane, bénéficieront d’un accueil médicalisé à l’aéroport de Cayenne, et devront respecter une quatorzaine dans un hôtel à Kourou, suivant un protocole en cours d’élaboration avec l’Agence régionale de santé.

Une centaine de personnes est concernée, qui voyagera en charter depuis l’Europe à partir du 11 mai.

 

Premier lancement mi-juin

Les deux campagnes de lancement interrompues mi-mars au CSG ont pu redémarrer le 21 avril avec les équipes sédentaires d’Arianespace et du Cnes, dans le respect des mesures de distanciation et des gestes barrières.

La première mission, Vega VV16, glisserait ainsi à la mi-juin.

La deuxième mission, Ariane VA 253, interviendrait pour sa part en juillet.

Les campagnes Soyouz VS24 et VS25 devraient, elles, reprendre au cours de l’été.

 

Impact limité sur le vol inaugural d’Ariane 6

Le chantier d’aménagement du pas de tir ELA 4 d’Ariane 6 a également repris depuis le 21 avril, avec des équipes basées en Guyane.

Selon Jean-Yves Le Gall, le président du Cnes, interrogé le 30 avril par les membres de l’Association des journalistes professionnels de l’aéronautique et de l’espace, les deux mois et demi d’arrêt devraient être globalement amortis par les marges de sécurité qui avaient été prévues dans le calendrier.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription