0
Espace
Mitsubishi maître d'œuvre du prochain lanceur japonais
Mitsubishi maître d'œuvre du prochain lanceur japonais
© Jaxa

| Stefan Barensky

Mitsubishi maître d'œuvre du prochain lanceur japonais

C'est sans réelle surprise que la Jaxa a sélectionné MHI pour diriger le développement et l'exploitation du successeur des actuels H-2A et H-2B, futur concurrent d'Ariane 6.

L'Europe n'est pas la seule à rechercher la compétitivité de ses lanceurs. Le Japon est lui aussi entré dans la course.

 

Vingt ans après le premier vol du H-2, premier lanceur capable de desservir l'orbite géostationnaire de conception 100% japonaise, l'agence spatiale nipponne Jaxa a sélectionné Mitsubishi Heavy Industries (MHI) pour mener le développement de son dernier descendant, qui n'a pas encore reçu de dénomination officielle mais dont les études ont été désignées H-X ou H-3.

 

Le développement proprement dit commencera dès l'ouverture de l'année fiscale japonaise, le 1er avril, avec un vol inaugural durant l'année fiscale 2020.

 

L'architecture retenue sera basée sur un biétage cryotechnique de 4,5 à 5 m de diamètre, avec une modularité des performances obtenue grâce à l'adjonction de deux à six accélérateurs solides à la base du lanceur.

 

L'objectif est de pouvoir placer 3 tonnes sur orbite héliosynchrone et de 2 à 6,5 tonnes sur orbite de transfert géostationnaire depuis Tanegashima, avec un coût d'exploitation divisé par deux par rapport au H-2A, soit entre 4,5 et 6 Md¥ (32 à 42,5 M€), pour favoriser son introduction sur le marché commercial international.

 

Même si le taux de change venait à remonter autour de 100¥/€, ces tarifs seraient très compétitifs par rapport aux 70 Md€ visés par Ariane 6 pour 6,5 tonnes en transfert géostationnaire.

 

En dépit d'une forte ressemblance extérieure avec le lanceur actuel, le H-3 bénéficiera d'importante améliorations au niveau de l'avionique et des structures. La propulsion connaîtra une évolution majeure notamment grâce aux avancées du programme LE-X qui doit permettre de développer un successeur au moteur LE-7A équipant le premier étage du H-2A. Ce nouveau moteur, dont la poussée atteindra 1450 kN, sera basé sur un cycle « expander bleed » - comme le Vinci européen - au lieu d'un cycle à combustion étagée.

 

Le cabinet gouvernemental a décidé le développement de ce nouveau modèle de lanceur en mai 2013, ce qui a entraîné la publication d'un appel d'offres industriel le 27 février 2014, qui a abouti à la sélection de MHI ce 25 mars.

 

Un budget de 7 Md¥ (50 M€) est prévu pour l'année fiscale 2014 afin de peaufiner la définition du lanceur. Par la suite, le développement complet est estimé à 190 Md¥ (1,35 Md€).

 

Le même 27 février, MHI et la Jaxa ont lancé le premier exemplaire de la version améliorée du H-2A capable d'effectuer des déploiements plus complexes avec une capacité d'emport légèrement accrue. Ce H-2A amélioré a décroché son premier contrat commercial en septembre dernier pour mettre sur orbite le satellite Telstar 12 Vantage de Telesat fin 2015.

 

 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription