6
Défense
Missions SEAD/DEAD pour l'UCAV navalisé turc MIUS
Missions SEAD/DEAD pour l'UCAV navalisé turc MIUS

| Yannick Genty-Boudry 361 mots

Missions SEAD/DEAD pour l'UCAV navalisé turc MIUS

La Turquie cherche une alternative à l'embargo de Washington sur les F-35B

LHD Anadolu

La société turque BAYKAR qui produit également le fameux Bayraktar TB2, vient de présenter son nouveau drone MIUS (Muharip Insansiz Ucak Sistemi- Système de drone de combat) destiné à remplacer les F-35B américains suite à l'embargo de Washington après l'acquisition du S-400 russe. Ce nouvel appareil sera positionné sur le LHD (Land Helicopter Dock) TCG Anadolu, qui est opérationnel depuis 2020 et pourrait embarquer de 30 à 50 drones et en contrôler 10 dans les airs. Une photographie dévoilée par Baykar lors de sa présentation démontre que deux prototypes du drone seraient déjà réalisés.

Caractéristiques

Même s'il y a des contradictions sur le design de l'appareil entre les planches présentées par Baykar et les vues d'artistes, les caractéristiques dévoilées indiquent que le MIUS sera un petit UCAV navalisé. Sa vitesse de pointe serait proche de Mach 1 (donc environ 1234,8 km/h), et sa charge utile comprise entre 1500 et 2000kg. Une recherche OSINT démontre que l’autonomie de vol serait d’environ 5 heures, sa vitesse de croisière de 0,8 Mach, son emport de munitions d’une tonne et son altitude opérationnelle de 40000 pieds. Son armement comprendra des missiles air-air, air-surface, et des missiles de croisière. probablement réalisés par Roketsan, avec qui BAYKAR travaille de manière très régulière. Enfin le MIUS, comme le F-35 sera surtout destiné aux missions SEAD (Suppression Enemy Air Defense) and DEAD (Destruction Enemy Air Defense). Or Roketsan travaille précisément sur un nouveau missile antiradar, l'AKABA.

Stratégie Navale

Selon la presse turque, le projet MIUS est actuellement en phase de conception mais ses premiers essais en vol pourrait débuter en 2023. Une nouvelle fois, Ankara mise en priorité sur les drones pour servir sa stratégie de « Blue Homeland », comme le montre le SUV ULAQ, qu’évoquait Air & Cosmos en mai dernier, mais également l’exercice « Blue Homeland 2021 » au cours duquel, pour la première fois, un TB2 avait détruit une cible navale. Un avertissement particulièrement clair à l’égard des pays voisins, comme la Grèce et l'Egypte, car Ankara pourrait chercher par le biais de plateformes plus petites que des avions de combat à réaliser des attaques par saturation sur les systèmes anti-aériens et les flottes adverses.

Répondre à () :


Captcha
Cemo | 25/07/2021 10:40

Bravo chapeau c’est tout ce qu’il y a à dire.

Savas | 25/07/2021 16:37

D ici 2023 l armee turc serat n 1 dans la region

desroses | 29/07/2021 16:56

et le but dans tous cela c est quoi? faire chier ses voisins avec un complexe de supériorité complètement ridicule.

Max | 30/07/2021 12:22

La France n'a plus de capacités SEAD... Et peu de systèmes A2/2D comme le SAMP/T-MAMBA qui attend l'Aster 1 NT. Gageons que les Verts, la France Insoumise seront contre toute augmentation alors que se profile de plus en plus un futur conflit de haute intensité entre civilisations dont Erdogan sera le pyromane !

desroses | 08/08/2021 16:38

le numéro 1 dans la région pour provoquer et faire chier le monde incapable d éteindre les feux de forets mais pour faire ou préparer la guerre beaucoup plus facile bande de rigolo.........

Orhan | 11/08/2021 04:32

Elle est bonne ta blague ,c'est ton pays qui soutient les terroristes kurd.. non?? Cesmêmes qui ont assassiné plus de ,40 000 turcs et qui pillent le pétrole syrien sous la protection des USA et de ton pays pour créer un. état fantoche à leur solde et déstabiliser la région comme ils le font depuis des décennies ,l'inversion des rôles est dans vos gènes ou quoi ??

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription