0
Défense
Mali : la France renforce ses moyens de surveillance
Mali : la France renforce ses moyens de surveillance
© marine Nationale

| Guillaume Steuer

Mali : la France renforce ses moyens de surveillance

Engagées depuis maintenant une semaine dans l'opération "Serval", au Mali, les forces françaises continuent leur montée en puissance dans le domaine des capteurs de surveillance aéroportée.

Déjà fortement sollicités, les deux satellites Helios 2 et les deux satellites Pléiades ont pu être assistés dès le début du conflit par d'autres moyens. Basés depuis plusieurs mois à Ouagadougou, les C160 Transall et C130 Hercules de l'escadron de forces spéciales ET-3/61 "Poitou" peuvent être équipés de boules optroniques haute résolution (type Wescam), dont les performances sont adaptées à la recherche et l'identification de groupes d'individus dans le désert.

Depuis les premières heures de "Serval", ces moyens ont été renforcés par des Atlantique 2 de la Marine nationale, positionnés à Dakar. Initialement, un appareil supplémentaire avait été déployé sur le plot sénégalais, portant à deux le nombre d'ATL2 y travaillant en soutien de l'opération. Selon nos informations, cinq de ces appareils seraient désormais opérationnels à Dakar. Dotés de capteurs optroniques mais aussi d'équipements d'écoute, les ATL2 peuvent également officier dans le rôle de contrôleurs avancés aériens (FAC-A), guidant des avions de combat sur des cibles au sol.

Les drones Harfang de l'escadron ED-1/33 "Belfort" doivent pour leur part mener de premières missions dans les toutes prochaines heures depuis la base nigérienne de Niamey. Deux vecteurs aériens devraient être positionnés sur place. Dans le cas, par exemple, d'une mission de surveillance à proximité de Diabali, leur autonomie et leur vitesse de croisière leur permettront de travailler 6 à 8 heures sur zone. Il n'est pas exclu que, dans un souci de rationalisation du dispositif de renseignement, les ATL2 viennent eux aussi se déployer sur la plateforme nigérienne, comme ils l'ont déjà fait à plusieurs reprises.

Pour le moment, les deux Mirage F1CR déployés à Bamako n'ont apparemment pas mené de missions avec la nacelle de reconnaissance Presto. Idem pour les Rafale de N'Djamena, qui n'ont toujours pas été aperçus avec la nacelle Reco NG. Une capacité précieuse qui sera certainement utilisée prochainement sur le théâtre, dès que les moyens logistiques auront permis d'acheminer les équipements nécessaires, comme les nacelles et la station de réception de données (SRD) associée.

 

 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription