1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Espace

0
Couverture
© Twitter/@VidalFrederique
12/12/2017 10:49 | Par Pierre-François Mouriaux

L'Observatoire spatial du climat est né

A la veille du sommet One Planet, 25 chefs d'agences spatiales à travers le monde se sont réunis au Cnes. Ils ont validé la création d'un observatoire destiné à mutualiser les données spatiales portant sur l’étude du climat.

A l'initiative du Cnes, dont la lutte contre le changement climatique est désormais une priorité, une rencontre des chefs d'agences spatiales s'est tenue le 11 novembre, la veille du sommet international One Planet organisé par le président de la République pour célébrer le deuxième anniversaire de la COP 21.

Réunis au siège du Cnes, à Paris, ils ont d'abord participé à trois tables rondes sur les thèmes de la surveillance des gaz à effet de serre depuis l'espace, les ressources en eau et l’utilisation des satellites dans la gestion des catastrophes naturelles. Puis, en présence de Frédérique Vidal, Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, ils ont adopté la Déclaration de Paris, qui propose la création d’un Observatoire spatial du climat, dont le but est de « mutualiser les données portant sur l’étude du climat obtenues depuis l’espace et de faciliter leur utilisation par l’ensemble de la communauté scientifique mondiale. » Jouant le rôle de « hub » entre les agences spatiales et la communauté scientifique internationale, il doit garantir le partage entre les Etats des données sur les changements climatiques issues des observatoires spatiaux, gratuitement et sur de longues durées. La mise en commun et la comparaison de ces données renforceront leur homogénéité, ainsi que la diplomatie du fait scientifique. Elles pourront également faire apparaître les besoins de nouvelles missions scientifiques.

 

Les Etats-Unis absents.

Même si Jean-Yves Le Gall, le président du Cnes, ne peut que regretter l'absence de ses confrères américains et espérer qu'ils se joignent prochainement à cette initiative, la mobilisation est historique, avec l'adhésion de 25 pays autour du slogan « Make our planet great again » (Rendons notre planète de nouveau grandiose).

« Je salue cet engagement fort de la communauté spatiale mondiale, auquel je souscris pleinement, a pour sa part commenté Frédérique Vidal. Un accord politique historique a été conclu lors de la Conférence de Paris en 2015 dans le cadre de la COP21. Il était désormais de notre responsabilité collective d’en assurer la mise en œuvre, en exploitant pleinement les apports des sciences et des technologies spatiales. La création de cet Observatoire spatial du climat va y contribuer directement. »

Changement climatique CNES OBSERVATION DE LA TERRE Observatoire spatial du climat One Planet Summit

Répondre à () :

| Connexion | Inscription