0
Industrie
L'ecodemonstrator de Boeing à Francfort © Boeing-Fraport

| Antony Angrand

L'ecodemonstrator de Boeing à Francfort

Alimenté en carburants aéronautiques durables, l'ecoDemonstrator a atterri lundi 18 novembre à l’aéroport de Francfort. Ce Boeing 777-200 est utilisé comme banc d’essais volant pour évaluer 50 projets, un record depuis le lancement de cette initiative.

L’ecoDemonstrator 777 s’est posé le 18 novembre 2019  sur le tarmac de l’aéroport de Francfort en provenance de Seattle (États-Unis), propulsé par un mélange de carburants aéronautiques durables. Tous les vols d’essais, y compris au départ de Francfort ce jeudi 21 novembre, seront alimentés en carburants durables afin de réduire les émissions de CO2 et de démontrer que ce type de carburant est d’ores et déjà prêt à l’emploi.

Boeing et Fraport, l’exploitant de l’aéroport de Francfort, ont donné le 19 novembre le coup d’envoi de l’exposition européenne Boeing ecoDemonstrator organisée sur le site de l’aéroport de Francfort, et où seront présentées plusieurs technologies innovantes qui contribuent aux avancées de l’industrie aéronautique. Cette année, un Boeing 777-200 est utilisé comme banc d’essais volant pour évaluer 50 projets, un record depuis le lancement de cette initiative.

Cette année, plus d’une douzaine de partenaires issus de l’industrie et de la recherche, parmi lesquels plusieurs entreprises, universités et instituts de recherche basés en Allemagne, tels que le Centre allemand pour l’aéronautique et l’astronautique (DLR), Diehl Aviation, Fraport AG ou Adient Aerospace (Kaiserslautern), participent à des projets menés à bord de l’avion.

Les technologies testées cette année couvrent plusieurs domaines, notamment le renforcement de la sécurité et optimisation de l’efficience : utilisé au cours du vol Seattle-Francfort, le système de communications numériques chargé de relier les contrôleurs du trafic aérien, les pilotes et les centres opérationnels des compagnies aériennes permet d’accroître le niveau de sécurité en réduisant l’utilisation excessive des fréquences radio, ainsi que d’améliorer l’efficience en optimisant le routage des avions pour abaisser leur consommation de carburant et leurs émissions.

Une technologie mise au point en collaboration avec Boeing et la NASA, appelée « alliage à mémoire de forme », permet à des générateurs de tourbillons (VG) situés sur la voilure de l’avion de se déplacer en fonction de la température. Ces petites languettes se déploient au décollage et à l’atterrissage à l’endroit où l’air est plus chaud dans le but d’améliorer les performances aérodynamiques. Elles se rétractent contre l’aile aux basses températures des altitudes de croisière lorsqu’elles ne sont pas nécessaires, réduisant ainsi la traînée.

Un apprêt sans chromate empêchant la corrosion de l’infrastructure en aluminium de l’avion sera testé. Son rôle est de réduire les risques pour la santé pendant la phase de fabrication. Un plancher conçu pour absorber l’humidité dans l’un des cabinets de toilette et fabriqué à partir de composites à fibres de carbone recyclées, sera également évalué. Par ailleurs, le plancher de la cabine de l’avion sera recouvert de dalles de moquette recyclables.

A l’intérieur de la cabine, plusieurs technologies chargées de rendre les cuisines de bord (galleys), les sièges et les toilettes intelligents seront évaluées. Les informations fournies par ces équipements connectés informeront en temps réel le personnel de cabine de tout problème de fonctionnement ou de l’emplacement des aliments et des boissons. Au fil du temps, ces informations pourront être utilisées aux fins d’analyse prédictive en vue d’améliorer l’efficience et la fiabilité en permettant aux compagnies aériennes de mieux gérer leurs stocks de nourriture et de remplacer les équipements en cabine avant qu’ils soient défectueux. Ces technologies permettront également de tester un réseau dorsal standard actuellement mis au point par un consortium industriel spécialisé dans les cabines intelligentes.

Le programme ecoDemonstrator de Boeing a été lancé pour la première fois en 2012. À ce jour, plus de 100 technologies ont été testées sur cinq avions. Plus d’un tiers de ces technologies ont par la suite été mises en œuvre, et près de la moitié sont encore en phase de développement. Retrouvez la suite de cet article dans Air & Cosmos 2665, en kiosque dès vendredi 22 novembre. 

Boeing Boeing ecoDemonstrator 2018 Aéroport de Francfort

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription