0
Défense

Le X-57 Maxwell révélé par la Nasa

MOTORISATION ÉLECTRIQUE

LA NASA A oFFICIELLEMENt ANNoNCé LE déVELoPPEMENt dE SoN AVIoN ExPéRIMENtAL MuLtIMotEuR éLECtRIquE, quI dEVRAIt EFFECtuER SoN PREMIER VoL EN 2017.C'est lors de la Conférence aviation 2016 que l'administrateur de la Nasa,Charlie Bolden, a annoncé que cette dernière allait à nouveau employer des appareils expérimentaux dans le cadre de ses recherches aérospatiales. Comme ce fut le cas au cours de la période post-Seconde Guerre mondiale, où toute une génération d'avions « X » ont permis de faire avancer l'aéronautique, comme le fameux X-1 qui fut piloté par le légendaire Charles « Chuck »Yeager,sans parler du X-29 à ailes en flèche inversée, ou du fabuleux X-15. Mais cette nouvelle génération d'appareils, prévue dans le cadre d'un plan de recherches s'étalant sur dix ans, sera employée plus précisément pour tester les nouvelles technologies, les nouvelles techniques de construction et les nouveaux modes de propulsion. Baptisé Transformative Aeronautics Concepts Program (TACP), ce programme encourage les concepts révolutionnaires et comporte trois objectifs :réduire drastiquement la consommation de carburant des avions, les émissions et éliminer le bruit autant que faire se peut.

TROIS PROJETS. Trois appareils expérimentaux sont en cours de développement, mais celui qui a fait l'objet de l'attention de la Conférence aviation 2016 de la Nasa est probablement celui qui sera le premier à prendre le chemin des cieux, très certainement le X-57 Maxwell.Très prometteur, à défaut d'être beau, le X-57 a été baptisé en mémoire du théoricien de l'électromagnétisme, James Clerk Maxwell,physicien et mathématicien écossais (1831-1879). Le X-57 n'est autre qu'UNTECNAM P2006T à la fois revu et remotorisé.Le bimoteur à quatre places assises,à train d'atterrissage rentrant d'origine italienne, se verra débarrassé de ses deux blocs Rotax 912 S3 d'une puissance unitaire de 100 ch au profit de quatorze moteurs électriques,dont douze seront répartis sur deux ailes. Les douze moteurs serviront à générer de la poussée au cours du décollage comme de l'atterrissage.Les deux autres gros moteurs,disposés sur les saumons d'aile, serviront exclusivement à fournir la poussée nécessaire au cours des séquences de vol de croisière.Afin de pouvoir installer ces quatorze moteurs électriques, la voilure d'origine de l'appareil sera également remplacée par une aile à fort allongement. L'ambition de la Nasa est de réduire la consommation d'énergie jusqu'à des valeurs inusuelles, mais également de démontrer qu'un appareil électrique dédié à l'aviation générale est parfaitement envisageable, avec une vitesse maximale située aux environs de 150 kts, soit approximativement 280 km/h. « L'objectif est de parvenir à un avion cinq fois moins polluant que les appareils actuels », commente Charlie Bolden.

LEAPTECH. Le X-57 est en fait l'aboutissement d'une précédente étude, Leading Edge Asynchronous Propellers Technology (Leap-Tech), qui avait introduit l'idée de distribuer la puissance au travers de toute une série de moteurs électriques répartis le long du bord d'attaque de la voilure. Chaque moteur peut ainsi avoir une vitesse de rotation qui lui est entièrement propre, indépendante de celle de son voisin pour des raisons de performances. Le X-57 sera donc l'application de ces recherches,avec un premier vol espéré en 2017.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription