3
Défense
Le « surge » de Barkhane, dans la troisième dimension
Le « surge » de Barkhane, dans la troisième dimension
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy

Le « surge » de Barkhane, dans la troisième dimension

L'opération Barkhane bénéficie déjà de renforts pour les moyens aériens mais d'autres capacités vont encore rejoindre le Sahel.

Renfort de 600 militaires

L’opération Barkhane bénéficie d’un renfort de 600 militaires et dans le lot figurent déjà des renforts pour les moyens aériens. Mais d’autres capacités vont encore rejoindre le Sahel. Ce sera le cas prochainement pour deux Airbus Helicopters Puma. Ces hélicoptères de l’Armée de Terre avaient quitté le théâtre le 21 avril 2019, afin de simplifier la gestion des pièces de rechanges, des mécaniciens et des équipages. Il ne restait plus que cinq Airbus Helicopters Caïman et deux Cougar. Ces appareils en renfort devraient provenir des Forces Françaises à Djibouti (FFDJ), explique-t-on à Barkhane. Les FFDJ avaient déjà contribué à des opérations extérieures en Afrique, notamment pendant l’opération Sangaris, à partir de 2014.
 

Deux Dassault Mirage 2000D sur Niamey

Dans la chasse, Barkhane cherche aussi à concentrer sa ressource. Deux Mirage 2000D affectés à N’Djamena devraient rejoindre Niamey, comme ils l’ont déjà fait en décembre 2019-janvier 2020. « Malgré l’armement des  drones, l’activité des Mirage 2000 reste très soutenue (notamment par des tirs plus réguliers, NDLR) » constate-t-on au Sahel. En étant relocalisés à Niamey, les Mirage 2000D resteront capables d’intervenir dans le nord du Tchad et en Centrafrique, comme récemment. Le dernier Transall affecté au Sahel, à Niamey, va rentrer en France à l’été, à la faveur de la mise en sommeil de l’escadron de transport 2/64  Anjou. Le Lockheed Martin C-130J le remplacera en permanence.
 

Escadron 1/61 Touraine

L’Airbus A400M Atlas de l’escadron 1/61 Touraine d’Orléans va réaliser plus de séjours au Sahel, sans doute pour des durées plus longues également. Il est régulièrement déjà impliqué sur des semaines, au profit des bascules d’efforts, mais aussi lors des relèves de personnels. De même, le premier système General Atomics Reaper Block 5 est attendu à Niamey au début du printemps, avec deux équipages supplémentaires. Enfin, des renforts de JTAC (joint terminal air controllers) sont aussi attendus pour accompagner l’armée de terre et lui faire profiter de l’appui aérien de la chasse et des drones.

Répondre à () :


Captcha
Lerivage | 01/03/2020 07:59

Surge.... pourquoi utiliser un anglicisme alors que le français est plein de ressources. Cela fait fait esclave déférent envers ses maitres.

COURT | 01/03/2020 23:17

Articles intéressants et d actualités.

sgt moralés | 23/05/2020 11:03

pour ma part j'ai du mal à traduire:sursaut,renfort ,nouvelle donne,...?

| | Connexion | Inscription