advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


3
Espace
Le Starship de SpaceX s’élève à 12,5 km
Le Starship de SpaceX s’élève à 12,5 km
© SpaceX

| Pierre-François Mouriaux

Le Starship de SpaceX s’élève à 12,5 km

Si le vol d’essais SN8 s’est achevé dans une impressionnante boule de feu, c’est un formidable succès qu’ont signé le 9 décembre les équipes de SpaceX depuis le centre d’essais de Boca Chica, au Texas.

Retour vers le futur

Elon Musk avait estimé sur Twitter que l’essai aurait une chance sur trois de réussir.

Après un essai statique effectué le 24 novembre et une première tentative de décollage interrompue le 8 décembre (1,3 seconde avant le décollage), le prototype SN8 du superlanceur Starship s’est envolé le lendemain à 22 h 45 UTC depuis le site de SpaceX à Boca Chica, au Texas.

L’engin de 50 m de haut et de 9 m de diamètre était pour la première fois équipé d’ailerons et de trois moteurs Raptor alimentés par du méthane et de l'oxygène liquides.

La forme rétrofuturiste de l’engin n’est pas sans évoquer celle de la fusée du film Destination Moon d’Irving Pichel, projeté pour la première fois en France en septembre 1950 à l’occasion du premier Congrès international d’astronautique, organisé par Alexandre Ananoff, l’un des tous premiers promoteurs de l’astronautique en France.

 

Maîtrise quasi totale

En l’absence de chronologie et d’altimètre, il était difficile de savoir quelles opérations étaient sensées se dérouler et si les événements visibles (tels que l’arrêts de certains moteurs) étaient volontaires ou pas.

Mais c’est un spectacle incroyable, presque surréaliste, auquel plus d’un demi-million de personnes ont assisté en direct sur le site de SpaceX durant 6 minutes et 42 secondes : le lent décollage du Starship, sa montée jusqu’à 12,5 km, sa stabilisation, le contrôle de ses volets, son basculement, sa descente en vol plané, son freinage final visiblement trop tardif… et sa destruction à l’atterrissage, sur la zone prévue pour son retour.

Malgré cette issue fatale, le vol SN8 a été couronné de succès, marqué par une grande stabilité du lanceur dans ses différentes phases de vol.

 

Félicitations

Même Jeff Bezos, le fondateur de la société Blue Origin, a salué l’exploit sur Instagram : « Tous ceux qui savent combien ces choses sont difficiles sont impressionnées par le test du Starship aujourd’hui. Grandes félicitations à toute l’équipe SpaceX. Je suis certain qu’ils vont s’y remettre rapidement. Gradatim Ferociter (Pas à pas, férocement) ».

Et Elon Musk de lancer sur son compte Twitter : « Mars, nous voilà ! ».

 

Revoir la vidéo de l’essai sur https://youtu.be/ap-BkkrRg-o

Répondre à () :


Captcha
flageolet | 10/12/2020 15:43

Je suis étonné du vocabulaire utilisé dans cette article. Parler de "formidable succés" alors que le starship s'est ecrasé, est quelque peu déroutant. J'imagine alors que pour vous le boeing 737 max doit etre le meilleur avion de tout les temps.

TJGR | 11/12/2020 08:29

Oui c’est un formidable succès car même si le SN8 arrive avec un peu trop de vitesse pour se poser proprement, et tel que l’indique l’article, toute la phase de vol préalable s’est déroulée impeccablement. Il ne faut pas oublié que c’est le premier vol à « haute Altitude » le précédent vol du SN8 s’était déroulé avec un seul moteur avec une monté à 200m seulement et un atterrissage sans encombre. Space X gère maintenant très bien la récupération de ses Falcon 9 et booster de Super Heavy. Ils sont quasi seul à être capable de le faire et qui plus est avec un prototype de 50m sur 9m. Alors oui tout le monde ne retient qu’une chose c’est l’explosion mais c’est uniquement une question de réglage, le concept et la technologie marchent et c’est ça le plus important. Leur vitesse de développement est impressionnant, c’est pour ça que la presse spécialisée ainsi que leurs concurrents leurs tirent leurs chapeaux bas à l’instar des journaux « classiques » qui ne retiennent que l’explosion.

fabinou | 12/12/2020 13:24

Monsieur flageolet, c'est peut être parce que vous êtes français que vous êtes dérouté par l'expression "formidable succès". En France, le moindre échec c'est la fin de tout. Aux USA, l'échec est bénéfique et fait partie de l'apprentissage. Un petit article ci dessous explique mieux les choses que moi : https://solutions.lesechos.fr/business-trip/c/la-culture-de-lechec-france-versus-etats-unis-13449/

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription