0
Défense
Le remplacement du drone Reaper
Le remplacement du drone Reaper

| Yannick Genty-Boudry 443 mots

Le remplacement du drone Reaper

Dans un contexte très concurrentiel, General Atomics présente le remplaçant des drones Reaper

Compte à rebours 

En juin 2020, l’US Air Force avait envoyé à différents constructeurs une RFI  pour se doter d'une « plate-forme ISR/Strike de nouvelle génération », dans le but de remplacer les drones MALE MQ-9 qui ont fait la fortune de General Atomics. Bien que les Reaper attirent toujours les forces aériennes internationales en raison de leurs nombreuses qualités (performances, fiabilité), le Pentagone réfléchit désormais à son remplaçant, dans le cadre du programme MQ-Next, pour préserver son avantage technologique et ce alors que la Chine et la Russie investissent massivement sur ce segment.

Autonomie/Automatisation 

Pour l’emporter, GA Aeronautical Systems division (GS-ASI), met désormais l’accent sur l’automatisation accrue et l’autonomie, reprenant à son compte les bases du JADC2 (Joint All-Domain Command and Control), futur système avancé de gestion du champ de bataille de l’armée américaine. Ce système permettra non seulement de réduire les effectifs de 50%, mais aussi de réduire le temps consacré à la gestion des tâches dans les environnements contestés. Ceci devant permettre aux équipes drones de se concentrer sur les tâches essentielles. Disposant d'une aile volante furtive, les capacités du futur drone seront renforcées par une nouvelle technologie de propulsion, offrant à la plate-forme « une endurance ultra-longue et une capacité à rester engagée dans la lutte beaucoup plus longtemps que les UAV de génération actuelle ». Car l'US Air Force entend se procurer un drone de combat aux capacités de survie améliorées, et qui pourrait évoluer dans les espaces contestés. Les drones actuels étant particulièrement vulnérables face aux systèmes sol-air, et aux attaques logiques sur leurs liaisons de données.

Environnement contesté 

Ce futur drone entrerait en service vers 2030. Cette volonté de remplacer les MQ-9 intervient 9 ans après une première tentative avortée. En 2012, l’US Air Force annule le programme de remplacement des MQ-9 Reaper, provoquant un coup d’arrêt majeur à l’Avenger (Predator C) de General Atomics alors en cours d’expérimentation. Dans cette nouvelle compétition qui pourrait s’avérer financièrement lucrative pour les constructeurs, General Atomics est opposé à Lockheed Martin et à Boeing qui ont déjà remis leurs propositions. Lockheed-Martin s’appuyant sur son bureau Skunkworks possède déjà une expérience indéniable sur les drones furtifs (RQ-170 Sentinel). General Atomics, entravé à l'export par l'administration américaine, et deux ans après son échec sur le MQ-25 Stingray de l’US Navy (drone ravitailleur embarqué) remporté par Boeing, lutte donc pour préserver son avenir. Mais les jeux de données collectées sur tous les théâtres d'opérations par ses drones depuis plus de vingt ans, pourraient lui permettre de disposer des modèles, et donc des IA, les plus performantes du marché. Or ce sont celles-ci qui désigneront selon toute probabilité le futur lauréat.

 

 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription