0
Espace
Le relais orbital militaire américain AEHF-6 bientôt opérationnel
Le relais orbital militaire américain AEHF-6 bientôt opérationnel
© Lockheed Martin

| Pierre-François Mouriaux 312 mots

Le relais orbital militaire américain AEHF-6 bientôt opérationnel

AEHF-6 vient compléter la flotte de dernière génération pour les télécommunications militaires américaines hautement sécurisées et à haute capacité. Un atout stratégique et tactique pour les Etats-Unis.

Six satellites sécurisés et à haute capacité

Le satellite avancé à très haute fréquence AEHF-6 (Advanced Extremely High Frequency-6) constitue le sixième et dernier satellite de la nouvelle génération de satellites militaires américains de télécommunications à l'échelle mondiale, hautement sécurisées et à haute capacité.

Ils ont pour mission d’assurer, selon le Département de la Défense américain, « la survie des combattants à tous les niveaux de conflit », constituant « l'épine dorsale protégée de l'architecture de communications par satellite du DoD ».

Ces satellites de plus de 6 tonnes au lancement ont été construits en Californie sous la maîtrise d’œuvre de Lockheed Martin, sur la base de la version militarisée de sa plateforme commerciale A2100.

Ils ont été équipés de charges utiles fournies par Northrop Grumman.

 

AEHF-6 bientôt opérationnel

Egalement désigné USA 298, AEHF-6 avait été envoyé vers une orbite de transfert géosynchrone le 26 mars dernier, à l’aide d’un lanceur Atlas 5 d’United Launch Alliance mis en œuvre depuis la base militaire de Cape Canaveral, en Floride.

La mise à poste définitive s'était achevée en août, et avait été suivie par plusieurs essais de liaisons entre le satellite et sept endroits à travers les Etats-Unis.

Depuis le 29 octobre, AEHF-6 est passé sous le contrôle du Commandement des opérations spatiales américaines, après avoir été géré par le Centre des systèmes spatiaux et de missiles (Space and Missile Systems Center) de la Space Force.

Une nouvelle série de tests doit encore être menée d'ici la fin de l'année, avant la mise en service opérationnelle.

« Le succès de l'OOT (On-Orbit Test) démontre que toutes les exigences de performance du véhicule ont été satisfaites et que nous sommes en bonne voie pour le transfert de l'autorité de contrôle », s’est réjoui Erik Daehler, directeur des communications protégées chez Lockheed Martin.

 

Un article plus complet sur la famille de satellites AEHF sera publié dans le n°2715 d’Air & Cosmos, à paraître le 21 décembre.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription