0
Défense
Le premier Rafale de la "tranche 4" débarque dans les forces
Le premier Rafale de la "tranche 4" débarque dans les forces
© Dassault Aviation – Pk. Dhaud

| Guillaume Steuer

Le premier Rafale de la "tranche 4" débarque dans les forces

 

Il doit être le premier d'une série de 60 : le Rafale biplace B339 a quitté le 17 septembre l'usine Dassault Aviation de Mérignac pour rejoindre le Centre d'expériences aériennes militaires (CEAM) sur la base de Mont-de-Marsan. L'appareil est le premier Rafale issu de la quatrième tranche de production, dont le contrat avait été notifié en 2009 par la Direction générale de l'armement.

 

Tous les appareils de la "tranche 4" sont livrés avec un nouveau radar à balayage électronique actif RBE2-AESA fourni par Thales et qui remplace l'ancien RBE2-PESA à balayage passif, permettant un gain en portée d'environ 60%, une meilleure résistance aux contre-mesures et un accroissement significatif de la zone de balayage.

 

Ces Rafale sont également équipés du DDM-NG, un détecteur de départ missile de nouvelle génération fourni par MBDA. Celui-ci est composé de deux optiques "fisheye" situées de part et d'autre de la dérive et permettant d'avertir le système de l'avion en cas de détection d'un tir de missile sol-air. Les Rafale de la tranche 4 sont tous livrés avec l'OSF-IT, une version de l'optronique secteur frontal dépourvue de voie infrarouge. Autant de capteurs à vocation "plug and play" et qui pourront théoriquement être montés sur n'importe quel Rafale de l'armée de l'Air ou de la Marine.

 

 

 

Le Rafale B339 (ci-dessus) n'est toutefois pas le premier Rafale de ce type à débarquer dans l'armée de l'Air : le 24 octobre 2012, le Rafale C137 rejoignait le CEAM pour y entamer une campagne d'expérimentations qui est toujours en cours. Cet avion de la tranche 3 avait été commandé au titre d'un marché dit "feuille de route", qui couvrait notamment le développement du RBE2-AESA. Un avion de présérie, en quelque sorte, qui a permis aux aviateurs de se faire la main sur cette nouvelle capacité.

 

D'ici à la fin de l'année, quatre Rafale doivent encore être livrés à l'armée de l'Air, dont un monoplace. La plupart d'entre eux seront affectés directement au CEAM pour achever l'expérimentation opérationnelle du radar à antenne active ; ils gagneront ensuite l'EC-1/7 "Provence", escadron référent dans la mission de défense aérienne, sur la base de Saint-Dizier.

 

A ce stade, l'armée de l'Air n'a pas encore décidé de "saupoudrer" les radars à antenne active dans ses différents escadrons ou bien de regrouper tous ces capteurs dans une seule et même unité.

 

Cet automne, l'Aéronautique navale réceptionnera elle aussi son premier Rafale de la tranche 4, le M39.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription