0
Espace
Le Lynx suborbital prend forme
Le Lynx suborbital prend forme
© Xcor Aerospace

| Stefan Barensky

Le Lynx suborbital prend forme

Dix ans après que l'avion-fusée SpaceShipOne a décroché le trophée Ansari X-Prize en effectuant deux vols à 100 km d'altitude en moins de deux semaines, l'émergence d'un véritable tourisme suborbital (souvent qualifié de « spatial » par ses défenseurs) se fait encore attendre.

Alors que son SpaceShipTwo est encore incapable d'atteindre les objectifs d'altitude attendus, Virgin Galactic reporte régulièrement la date de son entrée en service et pourrait bientôt connaître une réelle concurrence.

La firme Xcor Aerospace, basée sur l'aéroport californien de Mojave, développe depuis 15 ans son propre concept d'avion-fusée suborbital Lynx. Après avoir accumulé progressivement des compétences techniques, ses équipes viennent de commencer l'intégration de son premier modèle de vol.

Propulsé par quatre moteurs XR-5K18 de 12,9 kN de poussée brûlant kérosène et oxygène liquide, le Lynx (9 m de long, 7,5 m d'envergure) décollera horizontalement avant de monter en chandelle à Mach 2,9 jusqu'à 60 km d'altitude. Sur sa lancée, il montera ensuite au delà de ligne Von Karman, à 100 km d'altitude, qui marque le plancher théorique du domaine spatial. L'appareil reviendra ensuite se poser à l'horizontale, comme un planeur.

Cet appareil biplace emportera un pilote et un passager qui subiront tous deux plusieurs minutes de microgravité lors de la phase balistique du vol. Xcor prévoit aussi, pour des clients scientifiques, de pouvoir remplacer le passager humain par un ensemble d'expériences automatisées.

Une capacité de quatre vols quotidiens est annoncée.

Après le prototype Lynk Mk1 qui ne volera que jusqu'à 60 km d'altitude, des appareils Lynx Mk2 capables d'atteindre 100 km seront mis en production avec une formule de leasing pour les clients institutionnels souhaitant les utiliser pour mener leur propre programme spatial. Une version plus évoluée, le Lynx Mk3, pourra éventuellement emporter une soute dorsale (650 kg de capacité) pour déployer un étage supérieur et placer sur orbite des nanosatellites.

Le premier vol du Lynx est prévu en 2015.

 

L'avion spatial Lynx en cours d'assemblage
L'avion spatial Lynx en cours d'assemblage © Xcor Aerospace
L'avion spatial Lynx en cours d'assemblage
Essai au banc du moteur hybride de l'avion spatial Lynx
Essai au banc du moteur hybride de l'avion spatial Lynx © Xcor Aerospace
Essai au banc du moteur hybride de l'avion spatial Lynx
Vue d'artiste de l'avion spatial Lynx en vol
Vue d'artiste de l'avion spatial Lynx en vol © Xcor Aerospace
Vue d'artiste de l'avion spatial Lynx en vol
Ecorché de l'avion spatial Lynx
Ecorché de l'avion spatial Lynx © Xcor
Ecorché de l'avion spatial Lynx

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription