1
Défense
Le F-35 est loin de faire l'unanimité en Australie
Le F-35 est loin de faire l'unanimité en Australie
© Lockheed Martin

| Antony Angrand

Le F-35 est loin de faire l'unanimité en Australie

Cette fois-ci, c'est en Australie que le F-35 défraie la chronique. Ou plus exactement fait beaucoup de bruit au sein d'une commission d'enquête du Sénat, qui se penche actuellement sur l'acquisition de l'appareil. Cette commission a récemment entendu Air Power Australia, un think tank indépendant. Ce dernier n'a pas fait dans la demi-mesure en qualifiant l'appareil de "machine à tout faire mais qui n'excelle en rien".

 

Peter Goon, qui dirige le think tank, n'a pas maché ses mots. "Ce programme a toutes les caractéristiques du  système de Ponzi. Quand le produit ne fonctionne pas, recrutez autant de clients que vous pouvez, assurez la promotion de ce dernier du mieux que vous le pourrez, amassez autant d'argent que possible tant que le marché ignore ses défaillances". Le responsable d'Air Power Australia a également qualifié le calculateur du F-35 de « laisse de chien numérique », en référence à la volonté américaine de ne pas partager les codes-source de ce dernier.

 

L'Australie a prévu de ramener au pays ses deux premiers F-35 en 2018. Jusqu'à 26 appareils devraient être opérationnels en 2020, nombre qui devrait atteindre 72 en 2023. Les Australiens n'ont pas manqué de souligner que la production du F-35 n'a pas été épargnée par son lot de retards, de problèmes, de surcoûts dans parler des problèmes rencontrés au cours des heures de vol, liés à la chaleur et à certaines conditions météorologiques.

 

L'acquisition de l'appareil divise les officiers supérieurs de la RAAF jusqu'au sommet de l'état-major. Si l'ancien commandant de cette dernière, Errol J McCormack, a déclaré que le F-35 est le seul appareil capable de répondre aux besoins australiens en matière de supériorité aérienne en 2025 et au-delà, il a également reconnu que l'avionneur américain lui a donné des milliers de dollars pour sponsoriser les séminaires de son organisation.

 

"Jamais l'Australie n'arrivera à assurer sa supériorité aérienne régionale avec cet appareil", a déclaré de son côté Chris Mills, un ancien chef d'escadron de la RAAF.

 

Andrew Davies, le directeur de l'institut de recherche de politique stratégique australien, a déclaré que le F-35 est toujours le meilleur choix pour la RAAF. "Il y a un petit groupe d'opposants au F-35 qui se focalise sur tous les arguments possibles, spécifiquement les problèmes rencontrés, pour affirmer que ce programme est une erreur colossale". Les auditions continuent de leur côté. 

Répondre à () :


Captcha
Simon.Perrault | 13/06/2016 23:39

En 2012 déjà le vérificateur général du Canada avait réprimandé sévèrement le gouvernement canadien dirigé par Stephen Harper. Les coûts vraisemblablement sous-estimés de l'appareil F-35. Maintenant le nouveau gouvernement élu de Justin Trudeau a promis d'annuler cet acquisition même si le Canada doit payer des $ en dédommagement.

| | Connexion | Inscription