0
Défense
Le DoD détaille sa vision du combat collaboratif
Le DoD détaille sa vision du combat collaboratif
© DoD

| BOQUET Justine

Le DoD détaille sa vision du combat collaboratif

La vision d'un système de combat collaboratif est étudié et mis en place au sein de nombreuses armées, avec une part importante consacrée à l'intelligence artificielle. Le Département à la défense américain (DoD) dévoile sa vision.

Intelligence artificielle.

Le DoD est venu préciser le 17 juin dernier sa vision du combat du futur, lequel se concentre sur le concept de combat collaboratif. Une idée impliquant donc de l'intelligence artificielle afin de faire communiquer les plateformes mais qui inclut également l'ensemble des domaines d'action, de la terre à l'air en passant par l'espace et la mer. « L'élément le plus déterminant sur le champ de bataille du futur ne sera pas les roquettes, balles ou robots dont on disposera mais les données et notre capacité à les collecter depuis n'importe quel point et à les envoyer partout où cela sera nécessaire », rapporte ainsi le DoD suite à l'organisation d'un sommet consacré aux nouvelles technologies dans le domaine de la Défense. Un échange d'ailleurs intitulé « Lier la Terre, l'Air, la Mer et l'Espace pour dominer le champ de bataille ». Un titre assez révélateur de la vision des Etats-Unis et s'inscrivant parfaitement dans un concept étendu de combat collaboratif.


Capitaliser sur la donnée.

Afin de pouvoir conserver une supériorité opérationnelle et être capable de défaire l'adversaire, les Etats-Unis estiment que la meilleure solution est de capitaliser sur les données pouvant être collectées dans les différents domaines d'action et de faire communiquer les plateformes instantanément afin qu'elles puissent tirer parti de l'ensemble des informations récoltées. Un travail sur lequel se penche notamment le DARPA et qui exige de pouvoir faire communiquer les différents éléments militaires et de disposer de systèmes de communication et de bandes passantes modernes. « L'intelligence artificielle pourrait possiblement être déployée sur le terrain dans le cadre d'opérations multi-domaines d'ici 5 à 10 ans », estime ainsi le Docteur Tim Grayson (DARPA).


Mosaic warfare.

La DARPA a d'ailleurs nommé ce projet de combat collaboratif « Mosaic warface », illustrant bien l'imbrication des différentes briques technologiques dans un objectif commun : la maitrise du théâtre d'opération et la supériorité sur l'adversaire. En incluant l'intelligence artificielle, le DoD estime que l'emploi des vecteurs sera optimisé et que l'IA pourra soumettre des propositions d'actions afin de pouvoir accroître les effets de la mission. « Par exemple, si à la fois l'Air Force et la Navy disposent d'avions dans une même zone, l'IA pourra suggérer quel appareil représenterait le meilleur choix » d'engagement, explique le DoD.


S'appuyer sur les RETEX.

Au-delà d'une assistance passant par l'IA, le DoD espère également pouvoir développer des algorithmes capables d'évoluer dans le temps afin d'optimiser le fonctionnement en se basant sur les RETEX des opérations. « Un robot terrestre pourrait ainsi apprendre à repérer des passages plus sûrs afin d'éviter d'être détecté, en se servant des ombres au lieu d'évoluer au milieu d'une route. Ces leçons pourraient par la suite être partagées entre les machines », explique Cynthia Bedell du Laboratoire de recherche de l'armée.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription