0
Défense
Le CEMA détaille sa vision de l'opération Barkhane
Le CEMA détaille sa vision de l'opération Barkhane
© Ministère des Armées

| BOQUET Justine

Le CEMA détaille sa vision de l'opération Barkhane

Le général Lecointre, chef d'état-major des armées, s'est exprimé devant la presse et est revenu sur les enjeux clés de la Défense française. Parmi les thèmes mis à l'honneur, et en lien avec l'actualité militaire, figurait notamment l'opération Barkhane.

« L'actualité opérationnelle rappelle le besoin d'armées, d'armées puissantes, modernes et respectueuses de l'éthique », a déclaré d'emblée le CEMA (chef d'état-major des armées). Suite au sommet de Pau et alors que la Ministre des Armées vient de rentrer du Sahel, une des questions mise sur la table concernait clairement l'avenir de l'opération Barkhane. Et sur ce sujet le général Lecointre s'est exprimé sans détour, en rappelant à la fois les défis de cet engagement mais également la façon dont le dispositif pourrait évoluer.

Outre la concentration des efforts sur la zone des trois frontières, annoncé lors du sommet de Pau, le CEMA a également rappelé la nécessité d'allouer des moyens supplémentaires. Des moyens à la fois humains, comme cela a été annoncé par le Président français, mais pas que. Le général Lecointre a ainsi déclaré qu'il présenterait sous peu à Emmanuel Macron des axes d'amélioration pour l'engagement de moyens supplémentaires. « La zone est vaste » et « les moyens de manœuvre s'avèrent insuffisants pour assurer une permanence », a-t-il ajouté, en faisant référence aux ressources humaines, logistiques et de renseignement.

Le renforcement de l'opération Barkhane devra ainsi permettre de participer à l'éradication du terrorisme dans la région, avec un focus particulier sur l'Etat Islamique au Grand Sahara, lequel « prospère sur les confrontations ethniques venant aggraver la crise », a déclaré le général Lecointre. Parmi les craintes exprimées, la transmission des savoir-faire entre les différents groupes terroristes, notamment en matière d'IED et de drones, semble figurer au premier plan. Une action française qui devra par ailleurs s'appuyer sur des moyens européens et la création d'une force d'accompagnement des maliens.

Aux critiques venant remettre en cause l'opération Barkhane, le CEMA rappelle que la gestion de crises doit s'inscrire dans le temps long et nécessite une démarche plus large, ne se cantonnant pas aux actions militaires. Les Etats du Sahel doivent prendre leur responsabilité et s'engager afin de permettre un retour au calme. « Cette guerre ne peut être gagnée seulement si les politiques du Sahel mettent à profit les gains tactiques pour redéployer l'Etat », a mis en avant le chef d'état-major des armées. Le CEMA a par la même rappelé que le sommet de Pau visait également à l'expression de demandes d'intervention des gouvernements sahéliens. « Ce sont les Etats du Sahel qui demandent l'action de la France », a déclaré le général Lecointre. Enfin, aux détracteurs de l'intervention française, le CEMA rappelle : « la France intervient au prix de la mort de ses soldats ».

Finalement, le CEMA a ouvertement appelé les Etats européens et les membres du G5 Sahel à prendre leurs responsabilités, dans une crise que la France seule ne peut pas gérer. Il faut ainsi « créer un électro-choc pour faire prendre conscience aux Etats du Sahel qu'une partie de la solution est entre leurs mains mais également aux Etats européens que la France ne peut pas tout porter ».

CHAMMAL.

Mais si l'opération Barkhane était au centre des discussions, il ne faut pas pour autant oublier que la France intervient également au Levant, à travers l'opération Chammal, avec la poursuite du volet de formation, dispensée au profit de l'armée irakienne, dans le cadre de l'opération Inherent Resolve. Un engagement conduit en parallèle d'actions aériennes, menées depuis la Jordanie. « Nous sommes désireux de maintenir la coalition. La neutralisation de Daech n'est pas terminée », l'Irak doit encore être consolidé, a détaillé le général Lecointre.

RETRAITES.

Lors de cet échange, le général Lecointre est également revenu sur la réforme des retraites et son impact pour les forces armées françaises. Il a ainsi rappelé la nécessité de « préserver la singularité militaire » et de garder à l'esprit les spécificités de la fonction de militaire. L' « enjeu est de pouvoir conserver l'esprit de combat », a ajouté le général Lecointre, en faisant référence au maintien d'une capacité d'intervention opérationnelle.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription