0
Aviation Civile
L'avion électrique arrive dans les aéro-clubs français
L'avion électrique arrive dans les aéro-clubs français
© Pipistrel

| yann cochennec

L'avion électrique arrive dans les aéro-clubs français

Le deux places à propulsion électrique Alpha Electro conçu et développé par le slovène Pipistrel sera bientôt disponible dans les aéro-clubs français sous l'impulsion de la FFA et de la DGAC.

Patrick Gandil, directeur général de la DGAC, n'a jamais caché son enthousiasme et son soutien à tout projet d'avion à propulsion électrique capable d'assurer la formation en vol des apprentis pilotes. A ses yeux, l'avion électrique apporte un double avantage : réduction des nuisances sonores et des émissions de CO2 et baisse du coût de l'heure de vol. De quoi favoriser les vocations de futurs pilotes et apaiser les riverains d'aéro-clubs. Faute du projet E-Fan abandonné par Airbus, il était donc logique que le directeur général de la DGAC apporte tout son soutien à la FFA ou Fédération Française Aéronautique d'évaluer un avion électrique en conditions réelles d'exploitation. Le choix de la FAA s'est porté sur le deux places à propulsion électrique Alpha Electro conçu et développé par le constructeur slovène Pipistrel.

D'autant que ce dernier gagne chaque jour en crédibilité. A la création d'une joint-venture en Chine pour y fabriquer des Alpha Electro se sont depuis ajoutés des essais concluants en Australie puisque l'appareil est désormais autorisé à voler dans ce pays pour y assurer des vols d'apprentissage au pilotage. C'est désormais au tour de la France. La FFA a donc acheté un exemplaire et des options sur deux autres. Cela a nécessité un travail préalable entre Pipistrel et l'EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne) pour établir "des conditions de vol" assurant une sécurité absolue.

La DGAC a ensuite délivré "le laisser-passer" ou le "bon pour vol" en un temps record grâce au travail réalisé en amont avec l'EASA. Des travaux qui avaient commencé dans le cadre du projet E-Fan d'Airbus. Propulsé par un moteur électrique conçu par Siemens qui a également développé les batteries (poids 350 kg) offrant une autonomie de vol d'une heure plus une réserve de sécurité de 30 min, l'Alpha Electro va donc démarrer ses premiers vols en France à compter du 28 mars prochain à Haguenau. A l'issue de ces phases de vol réalisées en concertation avec Pipistrel et l'EASA, les premiers instructeurs pourront être formés et le premier Alpha Electro rejoindra l'aéro-club de Toussus-le-Noble pour le lancement de son évaluation.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription