3
Défense
L’armée de l’air dévoile sa vision pour aider les forces africaines
L’armée de l’air dévoile sa vision pour aider les forces africaines

L’armée de l’air dévoile sa vision pour aider les forces africaines

Lors de son récent passage à Dakar, le chef d’état-major de l’armée de l’air et de l’espace (CEMAAE), le général Philippe Lavigne, a rappelé l’importance de se tenir aux côtés des pays Sahéliens et d’Afrique de l’Ouest, afin de les aider à renforcer leurs capacités aériennes. Il a annoncé à cette occasion que trois avions d’entrainement TB-30 « Epsilon » supplémentaires seraient prochainement livrés à l’armée de l’air sénégalaise.

Partenariat

Lors de cette première « prise de contact » avec les armées de l’air de la région, le général Philippe Lavigne n’a pas manqué de rappeler « l’importance des moyens aériens dans l’opération Barkhane ». Il a souligné le rôle de l’aviation de combat et de transport, compte tenu de l’immensité de la zone d’action au Sahel et des modes d’action des groupes armées terroristes (GAT).  Afin de doter « les forces partenaires de moyens aériens nationaux autonomes et suffisants pouvant être employés dans un cadre national, comme au profit des opérations du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), le patron de l’armée de l’Air et de l’Espace française a insisté sur le développement du Partenariat Militaire Opérationnel (PMO-AIR). « Nous avons pour ambition de le renforcer (…)  Nous avons imaginé plusieurs domaines, plusieurs lignes d’opérations ».  Sont cités : les capacités à renseigner (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance –ISR–), transporter par les airs (aéromobilité et évacuations sanitaires –EVASAN-), remplir des missions d’attaques au sol (Close Air Support –CAS–), tout en disposant des moyens et des compétences pour coordonner et commander l’ensemble (C2).

Meilleure coordination régionale

Lors de sa visite au Sénégal, le 13 novembre dernier, le chef d’état-major de l’armée de L’Air et de l’Espace s’est rendu à l’école de Thiès (70 kilomètres à l’est de Dakar), qui selon lui « joue un rôle majeur pour la formation des pilotes et mécaniciens des pays voisins ». Cette école de l’armée de l’air sénégalaise est soutenue par la Direction de la Coopération de Sécurité et de Défense (DCSD) dans le cadre de la coopération structurelle, avec la présence de deux coopérants placés par l’AAE. « Il faut les aider à générer des heures de vols. Pour la maintenance, -activité fondamentale-, j’ai en tête de renforcer les liens avec l’école des mécaniciens de Rochefort ». Le général Lavigne a aussi insisté sur la nécessaire coordination des actions de formation. « Nos camarades espagnols ou belges forment des pilotes et des mécaniciens, la mission européenne EUTM-Mali forme des GATA (Guetteurs Aériens Tactiques)... Il faudra se coordonner, établir un schéma d’ensemble, faire en sorte que les armées de l’air expriment leurs besoins et développer nos coopérations, ce qui passera certainement par un projet européen ». En attendant, la base des Thiès doit recevoir en 2021 trois « Epsilon » supplémentaires, ce qui portera à une dizaine le nombre de machines d’occasion de ce type cédées par la France ces dernières années (4+3+3).

Le Togo va remettre en service ses « Epsilon »

L’école sénégalaise de Thiès accueille des stagiaires étrangers, Nigériens et Togolais. 7 pilotes togolais sont actuellement en formation. Lomé a en effet décidé de remettre en état de vol ces deux derniers TB-30, restés plusieurs années « en caisses » suite à un accident survenu en 2017. La société Airbus Flight Academy Europe à Angoulême, qui dispose des indispensables compétences industrielles pour réviser ces appareils, a été retenue par l’Etat togolais (GV/2500 heures). Le Togo est le seul pays au monde à disposer de la version armée de l’appareil léger. Alors que les experts redoutent une expansion de la menace djihadiste dans les pays du Golfe de Guinée, les deux avions sont attendus en 2021 sur leur base de Niamtougou (BCN), dans le Nord du pays.

 

Vol en patrouille de TB-30 Togolais. 4 avions furent commandés en 1982 (2).jpg
Vol en patrouille de TB-30 Togolais. 4 avions furent commandés en 1982 (2).jpg ©
Vol en patrouille de TB-30 Togolais. 4 avions furent commandés en 1982 (2).jpg

Répondre à () :


Captcha
M4 | 22/11/2020 13:52

"Thiès (70 kilomètres à l’ouest de Dakar)" = ils ont des portes-avions maintenant les sénégalais ?

Olivier | 22/11/2020 19:04

C’est corrigé ;-)

KONÉ Ladji Inoussa | 24/11/2020 01:57

En quelle année y'aura recrutement de spécialistes de l'armée de l'air au Burkina Faso ? je suis vraiment prêt pour participer car mon rêve c'est d'être officier pilote de l'armée de l'air

| | Connexion | Inscription