1
Défense
L'Armée de l'Air contre les drones à Paris
L'Armée de l'Air contre les drones à Paris
© JM. Tanguy

| Jean-Marc Tanguy

L'Armée de l'Air contre les drones à Paris

L'Armée de l'Air va aller encore plus loin dans la lutte anti-drone à l'occasion des célébrations du 14 juillet.

Contrer des essaims de drones

L’Armée de l’Air va aller encore plus loin dans la lutte anti drone (LAD), à l’occasion du défilé du 14 juillet. L’édition parisienne, qui concentre tous les hauts personnages de l’État, ce qui n’arrive qu’une fois dans l’année, nécessite un très haut niveau d’assurance pour parer une attaque terroriste, y compris complexe, à base d’essaims de drones. Cette menace directe a été rencontrée en opérations extérieures, les moyens de la contrer ont donc été particulièrement travaillés.
 

L'Armée de l'Air emprunte à Aéroports de Paris

La base du command and control (C2) utilisé par l’Armée de l’Air encore cette année est le BASSALT, un système développé par Aéroports de Paris pour ses propres plateformes aéronautiques, permettant de distinguer le bon grain de l’ivraie, et des faux échos. Le système a bien progressé en un an, constate le général Laurent Lherbette, numéro 2 du CDAOA, et à ce titre, en charge du défilé aérien et de la bulle qui protège ses participants au sol. La portée a également été notablement augmentée, révèle un des experts de la LAD, issu de la défense sol-air de l’Armée de l’Air. Comme l’an dernier, BASSALT est bien visible sur l’arc de Triomphe, avec des briques du système Hologuarde et un système optronique de surveillance braqué côté Champs Elysées. 

Fusils brouilleurs

Des fusils brouilleurs Nerod F5, présentés l’an dernier au président en début de défilé, constituent un des modes de neutralisation. Toute information précise sur les portées et les capacités est un atout donné à l’attaquant, aussi l’Armée de l’Air se contente d’expliquer qu’elle voit ce qui vole des deux côtés de l’Arc de Triomphe. En bas, sur la place de la Concorde, c’est le dispositif de la préfecture de police (PP) qui assure la protection de la tribune présidentielle. Pour la première fois, le PC LAD de l’Armée de l’Air et celui de la PP échangeront en temps réel leurs informations, y compris les données vidéo et radar des capteurs. Il n’est pas à exclure que d’autres acteurs soient également présents, notamment pour la protection rapprochée présidentielle. Comme évoqué au dernier salon Milipol, le RAID assure des prestations, dans ce domaine, comme la SPAD de la gendarmerie nationale.

Cet article est réservé aux abonnés numérique Premium.

Air & Cosmos
Déjà abonné ?

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription