1
Défense
La Turquie va exporter son avion de contre-guérilla Hürkuş-C
La Turquie va exporter son avion de contre-guérilla Hürkuş-C

| Marek Kaminsky 340 mots

La Turquie va exporter son avion de contre-guérilla Hürkuş-C

Un premier contrat de12 appareils mais pour qui ?

Vente à l’export

12 avions de combat Hürkuş-C seront prochainement vendus à l’étranger, a récemment affirmé le directeur général de TAI (Turkish Aerospace Industries) Temel Kotil. Le pays acheteur n’a pas encore été dévoilé, car le contrat n’a pas encore été signé.

Le Hürkuş-C

Les programmes aéronautiques turcs sont centrés sur la projection et la contre-insurrection, comme l’avion de combat léger Hürjet, conçu pour les missions de close air support, les différents drones (Anka, Bayraktar, Aksungur), ou le chasseur TF-X. Le Hürkuş-C développé par Turkish Aerospace se situe dans cette lignée. Cet appareil blindé conçu pour la reconnaissance et les attaques légères a surtout pour spécialité la contre-guérilla. A cet effet, il a été équipé pour voler de jour comme de nuit, avec un rayon d’action de plus de 1400 km, et peut évoluer en-dessous de 500km/h. Pour ses missions de contre-guérilla, l’appareil peut être équipé de bombes non guidées MK81 ou MK82 ; de bombes guidées par GPS ou laser, et surtout du missile anti-chars de longue portée UMTAS qui a provoqué des ravages en Arménie. Il dispose également d’un système EO/IR et de désignation.

Quels clients potentiels ?

Plusieurs pays apparaissent en tant que candidats potentiels pour l’achat des 12 appareils. L’acquisition d'un escadron entier indique un besoin réel pour la lutte contre la guérilla. Apparaît en premier le Maroc, aux prises avec le Front Polisario au Sahara, et qui vient récemment d’acquérir des drones turcs Bayraktar TB2. Ou l’Algérie, pour faire contrepoids. D’autres possibilités émergent : les qataris, en réponse aux EAU dotés d’avions Archangel déployés en Libye et au Yémen. Ainsi le gouvernement de Tripoli, pour contrer le général Haftar, serait également intéressé ; l’Azerbaidjan face à l’Arménie ; et enfin peut-être le Nigéria, doté d’une armée puissante et aux prises avec le groupe terroriste Boko Haram, qui vient encore de s’illustrer avec l’attaque de la base militaire de Borno ce lundi. Ou enfin l’Ukraine, qui s’est récemment doté de drones Bayraktar TB2 elle aussi, pourrait apprécier les capacités de cet appareil face à la Russie, mais en a-t-elle les moyens financiers ?

Répondre à () :


Captcha
PeeF | 04/05/2021 09:19

N'est-on pas en train de rater quelque-chose ? En matière d'hélicoptère, il y a une foultitude de modèles, adaptés à chaque application, et en ce qui concerne les avions c'est le Rafale ou rien. Peut-être une petite coopération avec Pilatus ou Daher pour rester en Europe ?

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription