0
Espace
La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet, saison 2 : l’archipel de Santorin
La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet, saison 2 : l’archipel de Santorin
© T. Pesquet - ESA / NASA

| Gilles Dawidowicz

La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet, saison 2 : l’archipel de Santorin

Depuis le 27 février, l’astronaute Thomas Pesquet puise dans ses archives des clichés de la Terre inédits, pris depuis la Station spatiale internationale. Ici l’archipel de Santorin, en Grèce.

En attendant Proxima 2

Confiné chez lui à Cologne en Allemagne, en attendant de pouvoir entamer à Houston au Texas la préparation de sa seconde mission spatiale (annoncée au deuxième semestre 2021), l’astronaute Thomas Pesquet continue de partager des clichés de la Terre inédits, extraits de ses archives.

Cette septième image commentée aujourd’hui, montre Santorin, en Grèce. Elle a été réalisée au cours de la mission Proxima, entre novembre 2016 et juin 2017, et postée le 25 mars dernier sur les réseaux sociaux, , avec le commentaire suivant : « Une petite pensée pour la Grèce et ses îles idylliques le jour de la fête de l'indépendance... Voici une île… dans une île ! Santorin, en mer Égée ».

 

Contexte

Le Nord est vers 7 heures, nous sommes en mer Égée. C’est une mer intérieure du bassin méditerranéen, située entre l’Europe et la Grèce à l’Ouest, et l’Asie et la Turquie à l’Est. La mer Égée s'étend de la côte Thrace et du détroit des Dardanelles au Nord, jusqu’à la Crète au Sud. Plus précisément, la scène se situe au-dessus de l'archipel de Santorin, situé en Grèce dans le Sud de la mer Égée, à près de 200 km au Sud-Est du cap Sounion (péninsule attique) et à près de 120 km au Nord-Nord-Est d'Héraklion (en Crète). Administrativement, Santorin est inclus dans l’archipel des Cyclades, parmi près de 250 îles et îlots, dont seulement 24 sont habitées.

L'archipel de Santorin est constitué de cinq îles et quelques îlots, tous volcaniques :

Santorin (aussi appelée Théra ou Thira) est la plus grande île et la plus peuplée. Elle est visible en haut à gauche du cliché. L'île a la forme d'un croissant ouvert vers l'Ouest et un profil dissymétrique : son littoral occidental est constitué de falaises et l'altitude décroit progressivement vers la côte orientale.

Thirassía (en bas à droite) constitue les restes de l'ancienne île de Santorin et qui a été partiellement détruite vers 1 600 av. J.-C. au cours de l'éruption minoenne.

Néa Kaméni (au centre du cliché) se trouve dans le centre de la caldeira de Santorin. Elle constitue la partie active du volcan ayant donné naissance aux îles actuelles de l'archipel. L'île qui culmine à 150 mètres d'altitude et se trouve couronnée par un cratère volcanique. Sa dernière éruption se produit en 1950.

Paléa Kaméni (juste à droite de Thirassia) se trouve également au centre de la caldeira de Santorin. Cette petite île est apparue en 197 av. J.-C.

Aspronissi est la petite île toute seule à droite du cliché. c’est une île inhabitée. C’est la plus petite des trois îles constituant les vestiges de l'ancienne île de Santorin.

 

Analyse de l’image

L’image est splendide et tout en contrastes. Au centre de la baie, qui en réalité est une caldeira volcanique submergée, observez les sols des îles Néa Kaméni et Paléa Kaméni. Ces îles rocheuses, arides et brunes sont faites de coulées de magma et de blocs de toutes tailles. Ici, tout est volcanique. La végétation est quasi inexistante ; c’est le mordor, le domaine du minérale, de la roche brute, des basaltes ! A peine quelques arbustes. On y trouve aucune construction, si ce n’est la petite église Saint-Nicolas, toute blanche, visible au fond d’une crique, au Nord de Paléa Kaméni, devant laquelle on aperçoit quelques bateaux au mouillage. Le régime des précipitations est typiquement méditerranéen, donc les pluies sont concentrées en automne et en hiver, en particulier d'octobre à mars. Dans la pratique, il pleut très rarement d'avril à septembre, et presque jamais en été, de juin à août. La longueur de la saison sèche rend le paysage aride. Et l’on se dit que quand il pleut, les vents et la chaleur doit faire s’évaporer les gouttes bien avant qu’elles n’atteignent le sol…

Curieusement, Santorin et Thirassía sont très différentes. D’abord, ces deux îles sont habitées et très touristiques. On aperçoit très bien les centaines maisons blanches dans les villages des deux îles. Les maisons sont perchées en haut des falaises ou à flanc de versant. On y décèle les routes, des parcelles cadastrales, quelques champs qui sont peut-être des cultures de figues, et une végétation déjà un peu plus présente que sur les autres îles. On y voit également très bien l’aéroport de Santorin et sa piste d’atterrissage, située à la pointe Est de l’île.

Quant à la petite Aspronissi, le presque confetti, vous noterez un liseré clair à son pourtour. Ce n’est pas le chemin des douaniers ni même un sentier emprunté par les touristes ! Non, il s’agit en fait du trait de côte, ou plus exactement du sommet des hautes falaises qui bordent l’île et dont on aperçoit particulièrement bien la partie Sud-Ouest, très claire, orientée vers Santorin.

L’archipel de Santorin est le volcan le plus actif parmi les huit volcans de l’arc volcanique sud-égéen. Et c’est sur Néa Kaméni que se situe la partie la plus active du volcan...

 

Retrouvez l’image sur Google Maps !

 

Gilles Dawidowicz est géographe, Secrétaire Général de la Société astronomique de France.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription