2
Espace
La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet, nouvelle saison : les bancs des Bahamas © ESA / NASA

| Gilles Dawidowicz

La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet, nouvelle saison : les bancs des Bahamas

Annonçant son second vol spatial au deuxième semestre 2021 et pour se motiver, l’astronaute Thomas Pesquet a prévu de poster 200 clichés de la Terre inédits, extraits de ses archives. Il a commencé par les Bahamas.

Retour vers l’ISS.

Le 27 février, Thomas Pesquet a annoncé sur les réseaux sociaux repartir fin mars à Houston, au Texas, pour démarrer un nouvel entraînement, en vue d’une seconde mission longue durée à bord de la Station spatiale internationale en 2021, à l’aide d’un vaisseau Crew Dragon de SpaceX ou CST-100 Starliner de Boeing.

Pour l’occasion, il a posté cette vue des Bahamas, réalisée au cours de sa mission Proxima, entre novembre 2016 et juin 2017, avec le commentaire suivant : « Comme le décollage sera depuis Cape Canaveral, on commence avec une vue des plus belles nuances de bleu de la planète : les Bahamas ! ».

 

Analyse de l’image.

L’image, qui a suscité plus de 3 000 commentaires rien que sur Facebook en trois jours, a été prise depuis l’ISS à une date inconnue, probablement à l’aide d’un Nikon D4.

Il s’agit d’une photographie des îles Lucayes – alias les Bahamas – et de la côte orientale de la Floride. Le Nord est en bas de l’image. Au centre du premier plan se trouve la splendide chaîne insulaire des Abacos (composée notamment de Little Abaco Island, Great Abaco et Grand Bahama). Nous sommes en plein territoire de l’archipel des Bahamas. Au second plan près du centre de l’image, se trouvent les Bahamas et Nassau. A l’arrière-plan, l’île de Cuba et tout au fond, le limbe terrestre au-dessus des nuages laissant deviner les côtes du Belize, du Honduras et du Nicaragua. Sur la droite, la côte de la péninsule de Floride avec l’agglomération bien visible de Miami s’étalant de Vero beach au Parc National des Everglades.

 

Formations géomorphologiques remarquables.

Nous avons sous les yeux des formations géomorphologiques marines exceptionnelles : les bancs des Bahamas. Ce sont des plateformes sous-marines carbonatées qui émergent en de nombreuses îles et en îlots éparses, et dont l’ensemble forme les Bahamas. Ces formations, véritables hauts-fonds, se sont formées dans des eaux peu profondes, au Mésozoïque (c’est-à-dire durant le Jurassique et le Crétacé, il y a entre 65 et 200 millions d’années). Ce fut à la faveur des variations du niveau des mers, sur des périodes extrêmement longues, que d’intenses phases de sédimentation se sont produites, précipitant du calcaire en couches superposées pouvant atteindre parfois plus de 5 kilomètres d’épaisseur au total ! On en compte plusieurs bien visibles sur le cliché. Le plus grand se trouve au centre de l’image, c’est le Grand Banc des Bahamas (autour d'Andros). En bas de l’image, c’est le Petit Banc des Bahamas (comprenant les îles Grand Bahama et Great Abaco). Au nord de Cuba se trouve le banc de Cay Sal à peine visible sous les nuages situés dans l’axe de Miami, vers le Sud.

Dans toute cette région se trouvent également d’autres formations géomorphologiques remarquables issues tantôt de phénomènes de sédimentation, tantôt d’intenses phases d'érosion mécanique ou chimique. Ainsi, on trouve aux Bahamas des couches de dolomies, de calcaires et d'évaporites, mais aussi des oolithes, des éolianites, des récifs coralliens, de profondes cavités et des dolines typiques des reliefs karstiques. Bref, un paradis pour un astronaute, mais pas que !

 

Retrouvez l’image sur Google Maps !

Répondre à () :


Captcha
Jacques Toraille | 03/03/2020 10:19

"...pour se motiver…." : très curieux de dire ça, ça m'étonnerait beaucoup que Thomas Pesquet ait besoin de quoi que ce soit pour se motiver à retourner là-haut !

Pihen | 03/03/2020 12:37

Magnifique comme à chaque fois et dire que nous passons le plus clair du temps à tout détruire.

| Connexion | Inscription