0
Espace
La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #61 : Mombasa au Kenya
La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #61 : Mombasa au Kenya
© Twitter/@Thom_astro - ESA/NASA

| Gilles Dawidowicz

La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #61 : Mombasa au Kenya

Depuis son arrivée à bord de la Station spatiale internationale, le 17 novembre dernier, Thomas Pesquet réalise de splendides clichés de la Terre, qu’il diffuse sur les réseaux sociaux. Ici, la ville de Mombasa, au Kenya.

Le 4 avril 2017, Thomas Pesquet a posté cette vue de la ville de Mombasa (alias Mombasse) au Kenya, avec le commentaire suivant : « Même chose à Mombasa au Kenya, magnifique ville portuaire au bord de l’océan indien : la barrière de corail ne protège pas du réchauffement climatique et de ses inondations côtières !! ».

L’image a été prise depuis l’ISS le 1er janvier dernier, à l’aide d’un Nikon D4 équipé d’un téléobjectif à 1 150 mm. de focale. Le Nord est vers 7 heures. Comme le souligne Thomas Pesquet, nous sommes en effet au-dessus de la ville portuaire de Mombasa, dans le sud du Kenya, à près de 450 km au sud-est de la capitale Nairobi.

A peine plus grand que la France, le Kenya est un pays d’Afrique de l’Est traversé par l’équateur, dont la population est d’environ 42 millions d’habitants. Au nord, il partage une frontière avec l’Ethiopie et le Soudan du Sud, à l’est avec la Somalie, à l’ouest avec l’Ouganda et au sud-ouest avec la Tanzanie. C’est au sud-est qu’il possède une façade maritime sur l’océan Indien longue de plus de 500 km et qui attire l’attention de notre astronaute. Ici le climat est de type tropical humide et sec.

Ce pays est connu pour être traversé par le grand rift oriental et aussi pour son point culminant, le mont Kenya à 5 199 m d’altitude, deuxième plus haut sommet d’Afrique après le Kilimandjaro (en Tanzanie). Le mont Kenya est un volcan rouge, de type effusif, dont les laves basaltiques sont suffisamment fluides pour se répandre assez vite et assez loin tout autour du cône volcanique, sans explosion majeure. Mais c’est surtout parce qu’il est considéré comme « le berceau de l’humanité » que le Kenya fait l’objet de nombreuses attentions de la communauté des scientifiques, et particulièrement des paléontologues. On y a retrouvé des traces de primates et d’hominidés extrêmement anciennes, datant du Miocène (23 à 5 millions d’années)...

Mais revenons au cliché de Thomas Pesquet, centré sur une petite île : Mvita (14 km2). C’est la vieille ville, à la confluence de deux fleuves et de l’océan, reliée au continent pas cinq ponts bien visibles. On trouve sur cette île totalement urbanisée, des quartiers résidentiels, des infrastructures de services publics avec des bâtiments administratifs, des centres commerciaux, et des installations universitaires et sportives. Il est notable d’observer sur la façade occidentale de l’île (à droite sur la photographie) d’importantes zones industrielles et portuaires (Port Reitz et Port Kilindini). On y voit d’ailleurs quelques grands cargos amarrés le longs des quais, Tout autour de l’île, sur le continent, la ville et ses quartiers urbanisés se prolongent vers le sud-ouest, le nord-est et le nord nord-ouest. L’ensemble de l’agglomération héberge environ 2 millions d’habitants. Sur le continent (en bas à droite de l’image, dans le nord nord-ouest dans la réalité), notez l’énorme terminal pétrolier avec ses aires de stockage, mais aussi ses immenses cuves. Il s’agit du KOT, le Kipevu Oil Terminal qui apparaît en blanc.

Enfin, comme le souligne Thomas Pesquet, la côte océanique est bordée par plusieurs magnifiques récifs coralliens, dont la superficie totale fait plus de 620 km2. Ce fragile écosystème subit de plein fouet le changement climatique, la montée des eaux océaniques et les tempêtes plus violentes, avec pour conséquences de sévères inondations...

Retrouvez l’image sur Google Maps !

 

Gilles Dawidowicz est géographe, président de la commission de Planétologie de la Société astronomique de France.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription