0
Espace
La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #51 : Journée internationale de la Terre
La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #51 : Journée internationale de la Terre
© Twitter/@Thom_astro - ESA/NASA

| Gilles Dawidowicz

La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #51 : Journée internationale de la Terre

Depuis son arrivée à bord de la Station spatiale internationale, le 17 novembre dernier, Thomas Pesquet réalise de splendides clichés de la Terre, qu’il diffuse sur les réseaux sociaux. Ici, un lever de Soleil observé à 400 km d’altitude.

Le 17 mars 2017, Thomas Pesquet a posté cette vue d’un lever de Soleil sur le limbe terrestre, avec le commentaire suivant : « Voler face au soleil qui se lève est vraiment cool. Quand les rayons atteignent les vitres de la Cupola, on sent tout de suite la chaleur ».

L’image a été prise depuis l’ISS le 3 décembre dernier, à l’aide d’un Nikon D4 équipé d’un objectif à 25 mm de focale.

C’est pour célébrer la Journée internationale de la Terre nourricière que nous avons choisi ce cliché magnifique réalisé par notre ambassadeur de la Terre. Thomas Pesquet a déjà passé cinq mois à bord de la Station spatiale internationale, et il publie tous les jours ses témoignages, ses ressentis, ses impressions, ses souvenirs, ses sentiments d’astronaute. Il est un observateur privilégié de cette planète, notre planète, la Terre. Il peut observer mieux que quiconque les nombreux milieux sensibles et fragiles dont elle regorge, et qui sont quotidiennement menacés sous la pression de nos activités humaines. Ainsi, la sur-exploitation non raisonnable des ressources naturelles dont nous disposons, les mauvaises méthodes de production que nous utilisons un peu partout sur la planète, mais également nos modes de consommations, entraînent de profonds bouleversements à la surface du globe dont il peut ressentir les effets, même à 400 km de distance.

Mais, et c’est heureux, il est aussi le témoin privilégié de l’existence de milieux préservés, encore vierges de toute activité humaine et –peut-être aussi– de toute pollution. La Terre est belle, très belle même. Et c’est aussi cela dont témoigne jour après jour Thomas Pesquet et ses camarades.

C’est cette prise de recul que seuls 550 astronautes parmi les milliards d’êtres humains ont pu avoir et qu’il faut partager. Leurs témoignages doivent servir de leçon au plus grand nombre, car il n’y a pas de plan B. La Terre est notre seul atout, c’est de la responsabilité de chacun de la préserver, pour nos contemporains et pour toutes les autres espèces vivantes, mais aussi pour les générations futures.

Retrouvez la Terre sur le nouveau Google Earth !

 

Gilles Dawidowicz est géographe, président de la commission de Planétologie de la Société astronomique de France.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription