6
Espace
ISS : les Etats-Unis restent à bord jusqu’en 2030
ISS : les Etats-Unis restent à bord jusqu’en 2030
© Roscosmos

| Pierre-François Mouriaux 358 mots

ISS : les Etats-Unis restent à bord jusqu’en 2030

Les États-Unis vont poursuivre jusqu’en 2030 leurs opérations à bord de la Station spatiale internationale.

Un modèle de collaboration scientifique internationale pacifique

La vice-présidente Kamala Harris l’a confirmé le 31 décembre sur son compte Twitter : les États-Unis vont poursuivre jusqu’en 2030 leurs opérations à bord de la Station spatiale internationale, occupée en permanence depuis novembre 2000.

La décision a été confirmée le même jour sur le blog de la Nasa, qui citait son administrateur Bill Nelson : « La Station spatiale internationale est un modèle de collaboration scientifique internationale pacifique et, pendant plus de 20 ans, elle a permis d’énormes développements scientifiques, éducatifs et technologiques pour l’humanité ».

Depuis 1993, l’ISS rassemble 16 pays : les États-Unis, le Canada, le Danemark, la France, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, la Belgique, le Brésil, la Hollande, la Norvège, l'Espagne, la Suède, la Suisse, le Royaume-Uni et la Russie.

 

Un outil de diplomatie spatiale

« L’espace a toujours été très haut dans les agendas politiques, même en France, expliquait le 2 janvier chez nos confrères de RFI Nathalie Tinjod, chargée des relations internationales et cheffe du projet histoire à l’Agence spatiale européenne. Aux États-Unis, cela se traite au niveau de la vice-présidence. Donc là, c’est une annonce de la Maison Blanche, il faut encore que cela soit accepté par le Congrès au moment de la présentation du budget, C’est quelque chose qui est annoncé, mais qui n’est pas encore financé : c’est une première annonce ».

Et d’ajouter : « C’est quand même un gros partenariat qui est préservé si l’on pense au fait qu’il y a la Russie dans ce partenariat, qui est préservé des régimes de sanction ou de méfiance par rapport aux activités sur Terre. Ce n’est pas facile de faire travailler les Russes et les Américains ensemble. C’est aussi un message que la station reste un outil de diplomatie spatiale, un domaine qui est préservé ».

 

Déjà deux mois sur orbite pour Matthias Maurer

Pour l’heure, les activités (notamment scientifiques) se poursuivent à bord du complexe orbital, où séjournent les sept membres de l’Expedition 66, dont l’astronaute allemand Matthias Maurer.

Ce 10 janvier, il a entamé son troisième mois sur orbite – il est arrivé le 11 novembre dernier avec l’équipage de la mission Crew 3, lancé le matin même à bord du Crew Dragon « Endurance » de SpaceX.

Répondre à () :

Petrau | 10/01/2022 17:45

@Air et Cosmos. Il serait intéressant que vous nous instruisiez sur la réalité des expériences scientifiques menées dans l'ISS et sur leurs applications "terrestres". Ce serait de mon point de vue plus intéressant que de savoir que tel ou tel milliardaire s'est offert dans la navette le grand frisson que sa fortune ne lui a pas permis d'acheter sur terre PS : Et si vous nous parliez du téléscope James Webb, ce merveilleux vaisseau scientifique dont on sait juste en lisant ce site qu'il va..... être lancé.

Hannosset Étienne | 10/01/2022 20:21

Mais cher ami, depuis sa mise sur orbite, il y a des centaines (peut être des milliers !) d’articles scientifiques sur les expériences qui sont menées dans cette station spaciale internationale !!!!!!!!!!!!!!!!! Ce n’est pas le rôle des revues "tous publics" comme Air&Cosmos d’instruire les gens !!!!!

Hannosset | 10/01/2022 21:06

Vous me faites vraiment de la peine, monsieur Petrau. Même si vous me qualifiez de "bouffon", moi je vous aime bien. Pourquoi ? Parce que je cherchez à savoir, vous cherchez à vous instruire. Malheureusement, en France, c’est difficile... Je ne peux pas, c’est totalement impossible, comprendre votre manque d’informations concernant le télescope James Webb. Votre presse, française ou russe, ne vous en a pas parlé ? Ce télescope qui évolue sur une orbite de 1,5 millions de kms par rapport à la terre, va permettre de voir l’évolution de "ce" qui a été issu du big bang ! Nous allons en savoir plus sur la formation et l’évolution de l’univers et de nos origines !!! C’est tellement intéressant que la France s’est associée à ce projet aux côtés des USA, de la Suisse, de la Belgique, des Pays-Bas, etc. Mais si la presse française, subventionnée par le contribuable français, préfère vous informer des grèves chez Dassault et de tout ce qui est franco-francais, plutôt que de la RÉALITÉ DU MONDE, je comprends le décalage qui existe entre l’élite française et le peuple de France....

Petrau | 11/01/2022 12:23

La dernière édition papier d'A&C dans un article long et détaillé fait le point sur le télescope James Webb. Bravo au rédacteur. Il est vrai que l'édition papier se prête mieux à une longue information détaillée que l'édition numérique. Je persiste à penser malgré tout que ce site aurait du annoncer le lancement réussi du téléscope, ainsi que, plus récemment les déploiements, également réussis du bouclier thermique et du miroir. Un grand bravo à la NASA en espérant également le succès de tous les instruments constitutifs de la mission élaborés pour parti en Europe et au Canada

Hannosset Étienne | 12/01/2022 20:49

Bonsoir, cher ami que j’apprécie, monsieur Petrau. Ne pensez vous pas que vous attendez l’impossible d’A&C?

Hannosset Étienne | 12/01/2022 20:53

D’autant plus que les articles qui semblent le plus intéresser les lecteurs sont ceux de la propagande pour le Rafale ou le bashing americano-europeen contre l’actuel meilleur avion du monde, le F35.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription