0
Espace
Federatsia prend forme © RKK Energuia

| Nicolas Pillet

Federatsia prend forme

Après avoir reçu un financement conséquent l’année dernière, le projet de vaisseau spatial russe de nouvelle génération commence à prendre forme.

La construction a commencé.

Le projet de Vaisseau de Transport Spatial de Nouvelle Génération (PTK NP), baptisé Federatsia, avait fait l’objet en septembre 2016 d’un contrat de 57,5 milliards de roubles de la part de Roscosmos, qui en confiait ainsi la maîtrise d’œuvre à RKK Energuia. Cette somme doit permettre de développer le vaisseau dans sa version « orbite basse », c'est-à-dire pour des missions vers l’ISS et/ou la future station russe ROS.

La construction du premier exemplaire a débuté cette année. Afin de réduire la masse de son vaisseau et, de ce fait, d’augmenter ses performances, RKK Energuia mise sur l’utilisation de matériaux innovants, et un compartiment de descente entièrement en matériaux composites avait même été envisagé. Un exemplaire avait été exposé lors du salon MAKS-2015 de Zhoukovski mais, finalement, le concept a été abandonné.

Vladimir Solntsev, le constructeur général de RKK Energuia, a récemment annoncé que les matériaux composites restent toutefois une priorité, et qu’ils représenteront 80% de la structure du vaisseau. En fait, il n’y a que le compartiment de descente (réutilisable) qui sera en aluminium.

Un nouvel alliage.

Il ne s’agit pas, toutefois, de n’importe quel aluminium, mais d’un alliage d’aluminium, de magnésium et de scandium (Al–Mg–Sc) appelé 1570C. Cela marque une véritable rupture car, depuis les années 1960, tous les engins spatiaux russes sont construits avec l’alliage AMg6.

Avec une masse volumique semblable à celle de l’AMg6, le 1570C offre une tension de rupture nettement plus élevée de 390 MPa, contre 313 MPa pour son prédécesseur. La limite d’élasticité est également améliorée, et passe de 157 MPa à 245 MPa. Il est donc possible d’obtenir les mêmes caractéristiques avec de plus faibles épaisseurs, ce qui permet de diminuer la masse de la structure de 20%. Le nouveau matériau a été développé par l’Institut Panrusse des Alliages Légers, ou VILS, basé à Moscou et spécialisé dans les matériaux dédiés à l’aviation et à l’espace.

Un vol inaugural dans cinq ans.

L’objectif affiché est toujours de réaliser un premier vol inhabité sur un lanceur Angara-A5P depuis le cosmodrome de Vostotchnyi en 2021. Deux vols vers l’ISS, l’un inhabité, l’autre avec un équipage, seront ensuite menés à bien en 2023. Une évolution du vaisseau, qui n’est pas financée par le plan décennal en cours (2016-2025), devra permettre la réalisation de missions habitées vers la Lune.

 

 

Nicolas Pillet est webmaster du site d'informations spatiales russes en français Kosmonavtika.

DÉVELOPPEMENT Federatsia LANCEURS RKK Energiya Russie Vostochny Black Hawk Lockheed Martin Sikorsky Safran Helicopter Engines Directeur industriel Safran Aircraft Engines Safran Transmission Systems

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription