1
Défense
Défense : Comment s’organise la succession du CEMA
Défense : Comment s’organise la succession du CEMA

| Jean-Marc Tanguy 401 mots

Défense : Comment s’organise la succession du CEMA

Comme Air & Cosmos l’expliquait dès le mois de décembre, c’est bien par la nomination du major général des armées (MGA), imminente, qu’un premier indice sera donné sur l’identité du futur CEMA

L'identité du futur CEMA


Comme Air & Cosmos l’expliquait dès le mois de décembre, c’est bien par la nomination du major général des armées (MGA), imminente, qu’un premier indice sera donné sur l’identité du futur CEMA, qui lui ne serait finalement nommé que seulement fin juillet, un cas évoqué en décembre par Air&Cosmos. Il serait pourtant choisi dès maintenant par l'exécutif. L’amiral Jean Casabianca part cette semaine pour EDF, et son poste de MGA va donc rester quelques jours vacant, un évènement rarissime dans la mécanique bien huilée des armées. Pourtant, son départ était connu dès le mois de décembre (évoqué dans l’article d’Air&Cosmos) mais son remplaçant n’est toujours pas identifié.

Opération en deux temps

Tout simplement et aussi parce qu’il engage sur une partie de la solution pour le chef d’état-major. Le CEMA et le major ne peuvent pas être issus de la même armée, or, il faut aussi changer de CEMA. Début février, le général François Lecointre a eu 59 ans et c’est un simple décret de Florence Parly, le 22 janvier, qui l’a prolongé à son poste, mais pour une durée indéterminée, un procédé qui ne semble pas avoir de précédent connu. Le fait de procéder en deux temps permettrait au nouveau major de prendre la mesure de son poste, d’ici le remplacement du CEMA, à l’été. Le choix de l’été pourrait avoir un lien notamment avec Barkhane : des décisions seront prises d’ici l’été sur la réduction de format de l’opération, qui constituera un des gros sujets du nouveau CEMA. Un des arguments qui pourrait militer en faveur d’un spécialiste des… opérations, marqueur qu’ont deux des trois candidats.

Armée de l'Air ou Marine ?

Pour le poste de major, les noms de deux majors d’armées sont évoqués, le général Eric Autellet (armée de l’air), et le vice-amiral d’escadre Stanislas de la Motte (Marine). L’un de ces deux officiers formerait plutôt un couple avec le général Thierry Burkhard, l’actuel chef d’état-major de l’armée de terre. Et c’est le général Pierre Schill, un marsouin (dont le nom avait évoqué pour le poste de chef du cabinet militaire de Florence Parly) qui pourrait être considéré comme major, pour le cas où l’amiral Pierre Vandier, comme le général Philippe Lavigne, seraient envisagés comme CEMA.
Les trois chefs d’états-major d’armées ont été entendus à l’Elysée avant la-mi février. 

Ce qui, comme de tradition, a été mené dans la discrétion la plus totale.

Répondre à () :


Captcha
JP | 26/02/2021 10:59

incompréhensible comme article, faut se relire quand on est journaliste.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription