0
Industrie
Coronavirus : le salon Eurosatory se dématérialise
Coronavirus : le salon Eurosatory se dématérialise
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy

Coronavirus : le salon Eurosatory se dématérialise

Pour compenser l'annulation d'Eurosatory 2020, la COGES, filiale du GICAT, va organiser des rendez-vous B2B sous forme de visio-conférences les 14 et 15 septembre prochains.

Une première pour Eurosatory

Contrainte d'annuler le salon Eurosatory 2020 pour cause de coronavirus, la Coges, filiale du Gicat, va organiser, les 14 et 15 septembre prochains, des rendez-vous B2B sous la forme de visio-conférences organisées par Proximum, un prestataire que Coges connaît déjà bien pour avoir organisé de tels rendez-vous dans ses propres salons, à Eurosatory notamment. A ce niveau, et dans l’armement, où la confidentialité incite à des rencontres directes plutôt qu’à des visios sans garantie totale d’interception, cette initiative est une première que forcément les organisateurs de salon vont regarder de près. Les PME et ETI, qui sont représentées dans les salons (qui représentent une énorme effort rapporté à leurs moyens) vont aussi devoir se positionner.
 

Le Gicat à l'initiative

Autre difficulté, des problèmes de compatibilité entre créneaux horaires risquent de se produire d'un continent à l'autre. Mais manifestement, le GICAT veut montrer à ses adhérents et à ses clients du salon qu’il est conscient de son rôle d’animation du secteur. D’ores et déjà, la campagne de remboursement d’Eurosatory 2020 est aussi engagée. L’annulation d’Eurosatory a forcément un gros impact pour les rentrées de la Coges, mais aussi pour un écosystème de fournisseurs qui travaillent autour (fabricants de stands, restauration, limousines, etc). Au cabinet de la ministre des Armées, Florence Parly, on mesure amplement l’impact sur les industriels de la filière terrestre. Au GICAT, on rappelle que 50 % du chiffre d’affaires des adhérents proviennent de l’exportation. Et qu’évidemment Eurosatory y concourt à son échelle.
 

Des formules de salons à revoir ?

Cette dématéralisation des salons professionnels est une tendance encore faible, mais réelle. Le coronavirus ou covid-19, et son caractère potentiellement récurrent oblige à se poser les bonnes questions pour les salons. D'autres organismes français vont forcément devoir se poser de telles questions, rassembler les rendez-vous, digitaliser. Ceci alors que les dépenses de communications connaissaient déjà de très fortes baisses tendancielles et/ou conjoncturelles avant-même le covid-19, comme chez Thales et Dassault Aviation. La multiplication des salons régionaux et thématiques fragilise aussi les gros salons, et assèche les trésoreries des exposants.
 

Report de trois autres salons

Le covid-19 impacte aussi clairement les trois autres salons professionnels détenus par la COGES : le salon Platinum à Monaco (sécurité privée et intérieure) prévu en mai et repoussé aux 2 et 3 février, Shield Africa à Abidjan est décalé de fin janvier aux 7-10 juin (également pour prendre en compte les élections). Enfin, ExpoDefensa à Bogota se tiendra du 29 novembre au 2 décembre. A ce stade, Euronaval 2020 est maintenu et le Sofins reste programmé pour 2021.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription