1
Actu RH
Comment devenir enquêteur du ciel ?
Comment devenir enquêteur du ciel ?

| Lucas Charoff

Comment devenir enquêteur du ciel ?

Blog Air&Jobs - Le grand public n'entend parler d'eux que dans les situations les plus médiatiques et souvent donc, les plus tragiques. Les enquêteurs du ciel ont pour mission d'apporter des réponses claires aux causes qui ont conduit à un incident ou un accident aérien civil. Passionné par l'aéronautique depuis un certain temps et disposant d'un esprit analytique, vous vous demandez peut-être comment devenir vous-même enquêteur du ciel. C'est ce que nous allons voir tout de suite.

Le BEA, qu'est-ce que c'est ?

En France, les enquêteurs du ciel sont rattachés au BEA, le Bureau d'Enquête et d'Analyse, qui intervient lorsqu'un accident a lieu sur le territoire français, qu'il implique des passagers français ou que l'appareil soit français ou produit en France. L'organisme, créé en 1946, répond donc à des missions d'investigations et peut effectuer des recommandations aux constructeurs et aux opérateurs pour améliorer la sûreté du transport aérien.

Le BEA apporte également son soutien à de nombreux pays ne disposant pas nécessairement des mêmes ressources.

Très récemment par exemple, des équipes du BEA ont été dépêchées au Pakistan pour assister les équipes locales dans la recherche et l'analyse des boîtes noires appartenant à l'A320 de Pakistan Airlines, qui s'est écrasé le 22 mai dernier avec 97 passagers à son bord. L'enquête est toujours en cours.

C'est donc dans le cadre d'une coopération nationale et internationale que les équipes du BEA interviennent pour garantir que la sûreté aérienne soit constamment améliorée par les enquêtes et directives établies à la suite d'un accident.

Les missions quotidiennes d'un enquêteur

D'après le BEA, les missions principales des enquêteurs se divisent en trois parties.

Premièrement, l'identification et le renseignement. C'est durant cette phase que les enquêteurs sont dépêchés sur les lieux pour constater l'incident et réaliser leurs premières observations. Leur mission consiste ensuite à chercher et à trouver les enregistreurs de vols (CVR,FDR) ou "boîtes noires", pour en extraire les informations collectées.

Deuxièmement, l'examen et la recherche. Après avoir collecté toutes les informations et pièces suspectes sur les lieux de l'accident, les enquêteurs procèdent à leur analyse. Durant cette étape ils synthétisent toutes les données et émettent des hypothèses pour expliquer leurs corrélations. Travaillant en équipe avec d'autres spécialistes, des expériences et simulations sont réalisées pour vérifier ces hypothèses. Régulièrement, les enquêteurs sont renvoyés à la première étape pour compléter les informations qu'ils auraient omises de collecter.

Troisièmement, l'analyse et la conclusion. Arrivés à la fin des deux étapes précédentes, les enquêteurs reconstituent, grâce à leurs analyses, le scénario exact de l'accident et sont en mesure d'identifier les causes de défaillance à corriger.

Le facteur humain est néanmoins un frein à l'identification de cette défaillance, car expliqué par de multiples facteurs propres à chaque individu (stress, psychologie, ergonomie, prise de décision...).

En clair, le métier d'enquêteur du ciel ne se résume pas au statut de simple observateur mais plutôt aux qualités lui permettant d'accomplir sa mission, à savoir l'analyse, la synthèse, l'adaptation et l'esprit d'équipe.

Les voies et formations à suivre

Les différents enquêteurs travaillant au sein du BEA ne répondent pas forcément aux mêmes critères de sélection. En effet, avant d'être enquêteur, ils sont avant tout des experts dans des domaines comme l'acoustique, les matériaux, la vidéo...

La plupart d'entre eux sortent donc d'écoles spécialisées et disposants de programmes aéronautiques comme l'ENAC ou l'IPSA par exemple.

La voie la plus évidente est donc de suivre les cursus techniques proposés par ces écoles d'ingénieurs avant de rejoindre les rangs de l'organisation par le biais de stages et d'éventuelle embauche.

Enfin, si vous êtes pilote d'avion civil ou d'hélicoptère, sachez que le BEA recrute également des profils de ce type afin de disposer de compétences et d'expertise utiles pour mener à bien certaines enquêtes.

Répondre à () :


Captcha
jouve | 07/07/2020 15:23

35 ans chez Air france , 6 ans au moteur ORLY , 29 ans maintenance à TOULOUSE ( caravelle , b707 foker27) ; metteur au point b727 , 737 200 300 400 500 ; technicien A320 A321 A319 QUALIF MOTEUR V2500 j' ai toujours été passioné par l' investigation et fait avancer certain problémes de jeunesse sur a320 (corrosion écrou arrière du mat réacteur , grippage indicateur de position ouverte des pétales inverseur de poussée j' en suis le découvreur ) Donc le Béa me fascine

| | Connexion | Inscription