13
Industrie
Boeing 737 MAX : la crainte d'une grande "braderie" des prix
Boeing 737 MAX : la crainte d'une grande "braderie" des prix
© DR

| La rédaction

Boeing 737 MAX : la crainte d'une grande "braderie" des prix

Réunis à Dublin, les loueurs d'avions s'inquiètent des risques d'une éventuelle "braderie" des prix de ventes et de location des Boeing 737 MAX.

Alors que Boeing cherche à lever 10 Md$ supplémentaires auprès des marchés financiers pour renflouer une trésorerie mise à mal par l'immobilisation et l'arrêt de la production du 737 MAX, les grandes sociétés de location-vente d'avions s'inquiètent des conséquences d'une "grande braderie" des prix de vente et de location sur la valeur résiduelle des Boeing 737 MAX. "Discipline et sang-froid sont absolument vitaux. Car, si les gens commencent à paniquer et louent ou vendent le Boeing 737 MAX à des prix cassés sur une longue période de temps alors il deviendra plus difficile de redonner de la valeur résiduelle à cet actif", souligne Aengus Kelly, président du loueur AerCap, lors de la conférence Airline Economics Aviation Finance qui se déroule à Berlin. AerCap détient 100  Boeing 737 MAX en portefeuille.

Steven Udvar-Hazy, président de Air Lease Corp. qui a 150 Boeing 737 MAX en portefeuille, se montre moins inquiet sur cette "braderie des prix", estimant que toute baisse ne sera que temporaire car le concurrent Airbus n'est pas en situation d'augmenter suffisamment sa production  pour combler l'absence du 737 MAX sur les marchés et que le retour du 737 MAX se fera progressivement au rythme de 50 à 60 unités par mois, avions immobilisés et nouveaux exemplaires sortis de chaîne, inclus. Par contre, Steven Udvar-Hazy appelle Boeing à abandonner la marque "MAX" afin "d'éviter que cela ne nuise à la valeur de l'avion". "La marque MAX est désormais abîmée et il n'y a aucune raison de la conserver", ajoute-t-il.

 

 

Répondre à () :


Captcha
Elyo | 21/01/2020 12:27

Question pour laquelle je n'ai pas de réponse : combien de temps sera t'il nécessaire à Boeing pour regagner la confiance de ses clients et des passagers ?

Louis | 21/01/2020 23:40

Boeing a pris du retard sur Airbus dès le début (par rapport au 320neo) et a voulu rattraper son retard en négligeant la sécurité des passagers et la formation des pilotes Leur crédibilité est durement touchée pour longtemps et il faut que cela serve d exemple pour tt le monde, notamment Airbus, qui lui aussi fait parfois des arrangements risqués avec l Easa

F | 21/01/2020 14:34

4 a 5 ans. N'oublions pas que la pluspart des gens ne se soucient pas de l'avion dans lequel ils montent.Seul ce qui suivent les actualité de l'aviation sont au courant de tous les rebondissements du MAX. l'A320 a eu des crash dans les année 80 et même le 333 (Rio Paris) or ces 2 avion se vendent tres bien maintenant

Elyo | 22/01/2020 00:10

4 à 5 ans ce serait réellement la cata pour Boeing et pour tous les fournisseurs , de ce fait on peut espérer que Boeing apporte les corrections nécessaires et surtout qu'elles rassurent tout le monde.

Aviateur | 22/01/2020 08:56

Aucun professionnel de l'aéronautique fait de comparaison des crashs du 737 max avec d'autres crahs de concurents à BOEING ! LA CUPIDITE, STUPIDITE, LE MÉPRIS de la SÉCURITÉ dans la la CONCEPTION de l'AVION dit MAX n'a rien avoir avec un accident, c'est un CRIME AERODYNAMIQUE DE CONCEPTION !

Philippe Cauchi | 22/01/2020 04:34

Boeing sait toujours se retourner et revenir plus fort avec des produits (247, 707, 737, 727, 747, 767, 777 et 787) qui au fil du temps ont révolutionné le marché contrairement à son concurrent subventionné. Boeing doit lancer au plus vite le NMA et le FSA pour remettre son concurrent à sa place.

Christian bertolino | 22/01/2020 11:49

Parce que boeing n'est pas subventionné et ne bénéficie pas du soutien indéfectible de la plus grande puissance mondiale, de ses gigantesques commandes militaires,de ses pressions innombrables sur les autres acteurs économiques mondiaux?

| 24/01/2020 22:06

Quel curieux commentaire de la part d'une personne a priori européenne qui devrait être fière du succès d'Airbus, tant commercial que technologique. Les clients nombreux et sur tous les continents attestent de la qualité des Airbus; il est rare qu'une société subventionnée longtemps parvienne à faire de bons produits. Airbus n'est pas plus soutenu que Boeing et les secteurs de la défense et de l'aérospatial sont stratégiques. Tous les états veillent à la pérennité de leurs champions. Quant à l'innovation, rappelons que Airbus fut innovant avec le A320, son équipage à deux et ses commandes de vol électriques. Boeing, depuis la fusion avec McDonnell Douglas (le racheté ayant de facto pris le dessus), semble avoir perdu sa culture d'ingénieur, d'envie de réaliser de beaux produits au détriment d'une culture financière. Il suffit de lire qq articles sortis récemment.

Elyo | 22/01/2020 21:31

Brader l'exploitation des 737 Max ? Cela ne touche pas Boeing qui sera payé au juste prix pour tous les aéronefs vendus. C'est probablement ce qui motive le plus le constructeur de faire revoler son avion afin de freiner l'accumulation de sa dette. Par contre dans le futur ses clients vont durcir les négociations de vente à venir. Il faudra beaucoup de temps à Boeing pour obtenir les agréments de la FAA et des autres agences de certification pour remettre à niveau les 800 B737 immobilisés et les livrer. Le moment est probablement venu pour Boeing de lancer les études du NMA (probablement déjà dans les cartons) et d'arrêter les frais.

blob | 23/01/2020 00:51

Voir aussi l'état des avions après plus d'un an au sol, j'espère qu'ils appliquent les procédures de stockage correctement, sinon il va y avoir de la maintenance anticipée, qui va coûter cher en garantie a Boeing , sans parler de problèmes techniques supplémentaires, AOG ou incidents...

voconce | 23/01/2020 20:26

Boeing n'a pas l'air d'avoir comprisque clamer tout les 3 mois que les corrections seront faites dans 3 mois ne rassure personne. Abandonner le nom MAX (solution à la Trump) ne corrigera pas les défauts de l'appareil. La confiance est à reconquérir, et chaque fois qu'on soulève le tapis on découvre un nouveau scandale, la confiance baisse encore. (le dernier étant le crash d'un max d'une compagnie turque, que boeing avait évacué le problème en accusant les pilotes). Si Boeing continue comme ça les Max ne vaudront plus rien.

| 24/01/2020 22:00

L'avion turc en question est un 737 NG, pas un 737 MAX. L'équipage fut mis en cause sous la pression des autorités US et de Boeing.

pak | 23/01/2020 23:21

On ne peut pas comparer avec le Rio-Paris, l'équipage n'a pas réagi comme il faut et l'avion était en état de voler. Dans le cas de Boeing l'automatisme essaie de crasher l'avion et le design de l'avion est la cause originelle du problème.

| | Connexion | Inscription