0
Industrie
Boeing 737 MAX : General Electric également impacté © Cyril Abad / CAPA Pictures / Safran

| Antony Angrand

Boeing 737 MAX : General Electric également impacté

GE Aviation met au chômage technique 70 employés temporaires de son site de Bromont, au Québec, en raison de la décision d'interruption de production du Boeing 737 Max comme raison principale.

General Electric a mis à pied 70 employés contractuels de usine de Bromont, située à environ 80 km à l'est de Montréal, de manière temporaire. Le site GE de Broimont est spécialisé en travaux d'ingénierie, de robotique et de production pour plusieurs moteurs, dont les turboréacteurs Leap, qui motorisent entre autres les Boeing 737 MAX.

Le motoriste d'Evendale (dans l'Ohio) ne prévoit pas de licenciements supplémentaires à grande échelle, mais ne peut pas exclure de petits ajustements de personnel sur certains sites. Jusqu'alors, GE Aviation a répondu aux problèmes de Max en transférant des salariés affectés au Leap sur d'autres programmes moteurs ainsi qu'à des postes de fabrication de pièces dans son activité de services aéronautiques qui va croissant. 

GE Aviation n'est pas le seul équipementier touché, puisque la semaine dernière, Spirit AeroSystems, le principal fournisseur de 737, a annoncé qu'il licenciait 2 800 employés en réponse aux problèmes du 737 Max, et que d'autres licenciements étaient possibles.

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription