0
Industrie
Biocarburants : Safran initie la création d'une filière en Nouvelle-Aquitaine
Biocarburants : Safran initie la création d'une filière en Nouvelle-Aquitaine
© Safran

| HEGUY Jean-Baptiste

Biocarburants : Safran initie la création d'une filière en Nouvelle-Aquitaine

Une lettre d'intention a été signée à Bordes, siège de Safran Helicopter Engines, avec neuf autres partenaires industriels locaux, sous la houlette du président de la région Nouvelle-Aquitaine.

Dix signataires

Les choses ont vraiment l'air de bouger en France au sujet des biocarburants. Dans la droite ligne de l'AMI (Appel à Manifestation d'Intérêts) lancé à Toulouse le 27 janvier dernier par Elisabeth Borne, Ministre de la Transition écologique et solidaire, et Jean-Baptiste Djebarri, Secrétaire d'Etat aux Transports, Safran et neuf autres partenaires ont signé le 10 mars une lettre d'intention pour étudier la faisabilité de la création d'une filière de production de biocarburants en Nouvelle-Aquitaine. Dans le cadre d'une journée de conférences sur les biocarburants à Bordes, la lettre a été signée par Safran Helicopter Engines, Euralis, Térega, ACD (Aquitaine Chimie Durable), Chemparc, Agri Sud Ouest Innovation, Xylofutur, la CCI Pau-Béarn, l'université de Pau et des pays de l'Amour, et le pôle de compétitivité Aerospace Valley. La lettre a été signée en présence d'Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine. 

2% en 2025, 5% en 2030

"Pour réaliser sa transition environnementale et atteindre ses objectifs de croissance neutre en carbone à partir de 2020, la filière aéronautique doit agir à différents niveaux avec notamment à court ou moyen terme l'utilisation de biocarburants aéronautiques. La Nouvelle-Aquitaine possède sur son territoire des filières d'excellente agro-industrie, chimie, énergie permettant la création d'une filière d'approvisionnement en carburant de ce type. La Région soutient donc cet engagement qui s'inscrit dans une vision durable de l'aviation", déclare Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine. 

Rappelons que le lancement de l'AMI sur les biocarburants a été effectué en collaboration avec Airbus, Air France, Safran, Suez Environnement et Total. Cette dernière devrait intégrer la lettre d'intention postérieurement, par un avenant. Le gouvernement français s'est engagé sur une trajectoire de substitution à court terme du kérosène fossile par des biocarburants durable à hauteur de 2% en 2025 et 5% en 2030. L'objectif est de réduire les émissions de carbone de 50% les émissions de CO2 (par rapport à 2005) d'ici 2050. 

Réduire l'écart de production avec le kérosène fossile

"Avoir l'ensemble des acteurs autour d'une table, c'est quelque chose de très nouveau", s'enthousiasme Nicolas Jeuland, expert en biocarburants chez Safran. "Dans le cadre de l'AMI, les dossiers devront être déposés avant le 30 juin 2020. Ils seront ensuite examinés selon différents critères comme l'approvisionnement, la durabilité et la rentabilité. Safran a promis des engagements de consommation. Il n'y a pas de limite technique sur ce qu'il est déjà possible de produire. La limite est économique. Tout le travail va être maintenant de réduire au maximum l'écart de production qui existe entre le carburant fossile et les différentes filières de biocarburant, dont six ont déjà été certifiées au niveau mondial". 

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription