1
Défense
Bientôt un QG militaire pour l’Union Européenne
Bientôt un QG militaire pour l’Union Européenne
© UE

| Gilson

Bientôt un QG militaire pour l’Union Européenne

En ce début de semaine, les ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont jeté les bases d'un quartier général militaire pour l'Union européenne, censé centraliser dès ce printemps le commandement de certaines missions extérieures. C’est ainsi que d’ici quelque semaines, une capacité militaire de planification et de conduite au sein de l’état-major de l’UE à Bruxelles sera mise en place. Elle sera chargée, au niveau stratégique, de la planification et de la conduite opérationnelle de missions militaires à mandat non exécutif, c’est-à-dire non combattant. Ce QC emploiera une trentaine de personnes. Il chapeautera les trois missions de formation de l'UE (600 soldats), actuellement déployées au Mali, en Somalie et en République centrafricaine, sous la direction de l'actuel chef d'état-major européen, le général finlandais Esa Pulkkinen. Les missions de combat, telles que l’opération Sophia en Méditerranée centrale contre les passeurs de migrants, disposent quant à elles de QG spécifiques.

Certes, il ne s’agit encore que d’un mini-QG, limité à quelques missions, mais la démarche est significative tant le sujet a déchiré les différents partenaires européens pendant des années. Ainsi, on retiendra que cette décision a été approuvée à l’unanimité requise ce qui implique la fin de l’éternelle opposition des britanniques sur le sujet. Ces derniers semblent plus coulants sur ce type de sujet en vue du prochain Brexit. Par ailleurs, ce mini QG va remplir un besoin réel entre le niveau politique et les opérations sur le terrain. Les commandements des opérations étaient en effet de plus en plus mobilisés par des questions de finances, d’administration et de diplomatie aux dépens des opérations de terrains qui devraient être leurs priorités.

Le fonctionnement de la nouvelle structure sera évalué au plus tard fin 2018 et pourrait donner lieu, en cas de succès, à son extension à d’autres types d’opérations comme le souhaiteraient ses promoteurs les plus fervents tels que la France et l’Allemagne.

Répondre à () :


Captcha
JCML | 15/03/2017 15:05

Encore une couche qui ne servira à rien. L'EU n'a pas de consistance et la "défense commune" n'existera jamais. La France, de part sa puissance nucléaire (la seule en Europe puisque les britanniques sont partis), n'a pas besoin de ce genre de commandement. Qui plus est, si c'est pour être les "suiveurs" de américains, donc de l'OTAN, c'est inutile.

| | Connexion | Inscription