1
Défense
Barkhane : retour à Lorient du détachement ATL2
Barkhane : retour à Lorient du détachement ATL2
© Ministère des Armées

| BOQUET Justine

Barkhane : retour à Lorient du détachement ATL2

Après quatre mois d'opérations au Sahel, le détachement Atlantique 2 est finalement rentré en France et a rejoint sa base de Lorient.

Aéronavale.

Le ministère des Armées a fait part le 2 février dernier du retour du détachement ATL2 à Lorient, après 4 mois de déploiement dans le cadre de l'opération Barkhane. Les flottilles 21F et 23F ont ainsi successivement assuré le déploiement de l'Atlantique 2 au Sahel, sur la base aérienne projetée de Niamey. Au total, « une cinquantaine de vols opérationnels et sept frappes » ont été conduites par l'ATL2, précise l'Etat-Major des Armées, en soulignant l'apport de l'appareil dans les missions menées contre les GAT dans le Liptako et le Gourma. Rappelons ainsi que l'ATL2 peut mettre en œuvre des bombes guidées laser.


Un appareil polyvalent.

De par son autonomie de vol, de 8 heures, et les capteurs embarqués, l'ATL2 a représenté sur Barkhane un véritable allié des troupes. Capables de mener une large palette de missions, comprenant « le renseignement, l'escort de convoi, l'appui de troupes au sol, le guidage de frappe ou le bombardement », comme le précise l'EMA, l'Atlantique 2 a largement permis d'appuyer les forces armées de l'opération et les forces armées locales dans la lutte contre le terrorisme. « Mon rôle est de positionner l'avion pour orienter les capteurs vers la zone de recherche », explique ainsi le lieutenant de vaisseau Arthur, pilote de l'ATL2. Les autres marins à bord sont notamment responsables de la gestion des capteurs, à la fois de la caméra infrarouge FLIR et du système « électro-optique (WESCAM) permettant d'enregistrer de la vidéo et des images, visibles ou infrarouge, en haute définition », précise le MinArm.


En liaison avec Lyon.

Tout du long de sa mission, l'ATL2 était en liaison avec le PCIAT (poste de commandement interarmées de théâtre) et le JFAC (joint force air command), qui gère les opérations aériennes sur le théâtre depuis la base aérienne de Lyon-Mont Verdun. « L'objectif est de cartographier les groupes armés terroristes pour mieux les combattre et notamment sécuriser la zone frontalière entre le Mali et le Niger qui est régulièrement le lieu d'attaques contre la population », explique l'Etat-Major des Armées.

Répondre à () :


Captcha
MIBEL38 | 07/02/2021 23:39

Fan d'aviation depuis toujours et ancien lecteur d'Air et Cosmos dans les années 1970.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription