8
Défense
Atlantique 2 : les secrets des missions aéroterrestres dévoilés
Atlantique 2 : les secrets des missions aéroterrestres dévoilés

| J-M. Tanguy 459 mots

Atlantique 2 : les secrets des missions aéroterrestres dévoilés

L’ARDHAN, association pour la recherche de documentation sur l’histoire de l’aéronautique navale frappe un grand coup. La patrouille maritime, souvent très sobre de restitutions sur ses missions est éclairée par un document inédit, dense et illustré de quelques 150 pages et de très nombreuses photos.

La Marine dans la BSS
Sans sensationnalisme, l’auteur, le capitaine de frégate Jean-Marc Molina, éclaire les missions de la patmar, avec un volet sur l’ATL1 qui commence en Mauritanie, en 1977. L’ATL1 cherche alors des cibles, oriente les tirs canons des Jaguar, sert de relais radio…
L’ATL2, pourtant conçu comme un pur patmar sans vocation aéroterrestre a lui aussi donné, beaucoup donné même. La marine estimait alors que cet avion bien plus complexe n’aurait aucune chance de survie dans un univers sablonneux, chaud. Et pourtant, l’ATL2 a développé ses coopérations avec la DGSE, le commandement des opérations spéciales (COS) et des opérations de l'état-major des armées : Atalante (contre les pirates), Licorne (Côté d'Ivoire), Epervier (contre les rezzous), Harmattan (contre Kadhafi), etc. 
La recherche des otages au Sahel et la lutte contre le terrorisme a intensifié ses interactions avec les unités particulières, comme lors de l’opération Sahel en 2009-2010, qui mobilisera quatre avions et jusqu’à six équipages basés à Niamey. L’un de ces avions permettra en janvier 2011 de relocaliser le convoi des ravisseurs de deux jeunes Français, enlevés la veille à Niamey, permettant de tenter une opération de libération hardie mais hélas sans succès. Jusqu’à six ATL2 seront mobilisés au début de Serval.
L'auteur estime que ce recours à l'ATL2 est la conséquence du retrait de l'armée de l'air de cette mission de reconnaissance tactique endurante et à basse vitesse. 

Une Plateforme sans Concurrence
Pour la première fois fois, le bilan de feu des ATL2 est dévoilé : sept bombes guidées ont été tirées à Serval, trois à Barkhane, mais 39 à Chammal ! Et ce alors que la coalition avait glissé des conditions très strictes pour les ouvertures du feu : les marins Français ont convaincu de leurs capacités dans ce domaine, mais aussi dans celui, plus sensible, de l’ISR.
Un bilan exceptionnel pour une capacité renseignement et attrition initiées à la fin des années 2000 à l’instigation des amiraux Bernard Rogel (alors sous-chef opérations de l’EMA) et  Bruno Thouvenin (officier de cohérence puis ALAVIA). Aujourd’hui, l’appareil dispose d’une très grande diversité de munitions, avec les GBU-12, GBU-51 et GBU-58. Jusqu’à quatre engins peuvent être emportés, soit deux de plus qu’un Mirage 2000D.
Le concept d’équipage permet une utilisation optimale et la capacité à durer : un ATL2 peut voler 14 heures en continu, avec un playtime sur zone qui n’est pas entrecoupé par des ravitaillements en vol, un atout qui a servi sur bien des théâtres.
On l’a bien vu, la location des avions légers de surveillance et de renseignement (ALSR), comme les drones désormais en nombre n’a pas fait varier l’intensité d’engagement des "patmaristes".
L’ATL2 au standard 6 offre d’ailleurs des capacités étendues avec une boule ultra-moderne (MX20) et un radar disposant de modes intéressants dans l’aéroterrestre. Aucune chance, donc, qu’il disparaisse de ces théâtres.

 

Répondre à () :


Captcha
RGA | 16/12/2020 15:36

un bel oiseau, endurant, éprouvé...et létal

Lucbbel | 09/01/2021 19:13

Un superbe avion, sophistique qui fait ses preuves dans les differentes missions qui lui sont attribuees. Ayant ete affecte en PATMAR a Nimes-Garons de 1992 a 1997, j'y ai vecu des moments inoubliables. Dommage que malgre les atouts de cet avion, le parc se soit reduit au fil des ans et qu'aujourd'hui, si la PATMAR se trouve plus sollicitee sur les missions initiales ( ASM, ASF), et en meme temps dans les theatres africains, l'AN ne sera pas capable d'assurer sur tous les fronts! D'autant plus que la mise au dernier standard se fait au petit trop, ayant pris du retard depuis la decision de sa realisation.

gueit | 16/12/2020 16:21

J'ai travaillé à Mines-garons, à la 22F comme electromec arm, sur les premiers Atlantic livrés à la flottille, après les P2V6. du 12/05/1966 au 01/03/1968. Souvenirs....!!!

DURIN | 16/12/2020 17:56

Bravo champion.

Wiendlocha | 18/12/2020 21:34

Bravo, ancien marin,sous-marinier (Narval) le pacha pendant une période plus calme, a permis de nous faire rencontrer nos "ennemis". J'ai donc volé sur P2V7; ancien bombardier de WW2; 2 moteurs à pistons, 2 réacteurs!

Poissonnier Michel | 19/12/2020 06:53

Je comprends le plaisir que vous aviez à voler sur ce magnifique Neptune P2V-7 , plaisir partagé entre Mururoa et Faaa sur les dernières machines en service (1983/84) . Mémorable souvenir de l'équipage Golf-Bravo de la 12S commandée par le CC de Jabrun . J'étais alors pompier de l'armée de l'Air à Mururoa . Merci l'Aéronavale !

VANDENBORRE | 20/12/2020 11:06

Bons souvenirs, j'ai été TACO à la 21F sur ATL 1 pendant 4 ans. ACORAM Bas Rhin

Corlobé | 10/03/2021 09:13

Combien de fois ai-je entendu mon père (mécanicien volant) me parler des P2V6 et P2V7!!! Il a quitté l'aéro en 1967! Il avait fait aussi les Sykorsky en Algérie.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription