0
Les Dossiers d'Air&Cosmos
Armée de terre et drones : une histoire ancrée dans le temps
Armée de terre et drones : une histoire ancrée dans le temps
© Novadem

| BOQUET Justine

Armée de terre et drones : une histoire ancrée dans le temps

SI LES DRONES ONT FAIT UN BOOM RÉCEMMENT, CE N'EST PAS POUR AUTANT QU'IL S'AGIT D'UNE TECHNOLOGIE NOUVELLE. L'ARMÉE DE TERRE Y A RECOURS DEPUIS DE NOMBREUSES ANNÉES ET COMPTE BIEN CAPITALISER SUR LA MODERNITÉ DES NOUVEAUX SYSTÈMES AFIN DE COLLECTER DES RENSEIGNEMENTS CAPITAUX POUR SES OPÉRATIONS.

Emploi.

Des concepts d'emploi extrêmement variés. Si l'on devait résumer les missions conduites par les drones de l'armée de Terre, voici comme l'on pourrait le faire. Mais une phrase serait bien réductrice pour décrire l'apport de ces aéronefs, de tailles extrêmement variées. Car la taille fait également la mission. Pas forcément en raison de l'envergure, mais plutôt en fonction des capteurs emportés et de l'autonomie dont dispose l'aéronef, permettant de mener une mission plus ou moins dans la profondeur. 

61e RA.

Des drones bien différents, donc, qui impliquent des compétences humaines distinctes. Car si on ne fait pas la même chose avec un Black Hornet et un Patroller, le pilotage est également différent. Pour former ces équipages, l'armée de Terre s'appuie alors sur le 61e régiment d'artillerie, et plus spécifiquement sur le centre de formation drones, hébergé sur la base militaire de Chaumont. Une organisation rondement menée, permettant à la fois d'optimiser l'emploi de ces nouveaux aéronefs et de garantir la sécurité des missions. Si le pilotage de nano et microdrones peut être rapproché, il n'a rien à voir avec celui des minidrones et drones tactiques. 

STAT.

Des systèmes qui sont d'ailleurs évalués par la section technique de l'armée de Terre (Stat) et l'équipe de marque drones, en charge d'identifier des technologies modernes permettant de répondre aux besoins des opérationnels. Dans le cadre d'un nouveau programme, l'équipe de marque de la Stat sera ainsi chargée de l'évaluation technico-opérationnelle du prototype et, à partir de ces conclusions, rédigera un rapport mettant en avant les potentiels écarts par rapport au cahier des charges de base, réalisé par l'officier de programme en lien avec la DGA. 

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription