8
Défense
Armée de l'Air : SOS hélicoptères de manoeuvre
Armée de l'Air : SOS hélicoptères de manoeuvre
© Armée de l'Air

| Jean-Marc Tanguy

Armée de l'Air : SOS hélicoptères de manoeuvre

Le projet de location d'au moins d'une douzaine d'Airbus Helicopters H225 pour l'Armée de l'Air est toujours maintenu. Viendront s'ajouter les huit Caracal prévus dans le cadre du plan de relance du gouvernement.

Les 12 Airbus H225 toujours d'actualité

Même si l’achat de huit Airbus Helicopters Caracal dans le cadre du plan de relance du gouvernement a pu sembler brouiller les cartes, le projet de location d’au moins d’une douzaine de H225 (la version civile du Caracal) pour remplacer urgemment les Puma de l’Armée de l’Air est bel et bien maintenu.
Les armées manquent en effet d’hélicoptères, particulièrement d’hélicoptères de manœuvre, très demandés, quel que soit le théâtre. L’Armée de l’Air sert à la fois l’astreinte en sauvetage de combat, en sauvetage maritime et en sauvetage terrestre, mais également participe aux opérations spéciales (actuellement avec deux machines au Sahel). La situation sur le front des Caracal est moins pire qu’à une époque. « Seulement » quatre (sur un total de dix) sont en entretien chez Airbus, deux sont déployés au Sahel, une machine reste d’astreinte SAR à Cazaux et trois sont donc utilisables sur la même base aérienne. 

Les huit Caracal : un réel ballon d'oxygène

Même si en fait ce parc suffit à peine, sous le poids des demandes de concours, par exemple pour continuer à développer le ravitaillement en vol avec de « nouveaux » vecteurs. La disponibilité dépasse les 80 % en opérations extérieures, mais peine à atteindre les 70 % en France. On arrive donc rapidement à comprendre ce que font les dix machines affectées à l’Armée de l’Air. Une onzième est attendue dans quelques mois pour compenser l’attrition en opex. Une machine civile H225, louée à l'année à Airtélis démontre tout son intérêt, avec une disponibilité indécente. Les huit Caracal du plan de relance vont donc apporter un réel ballon d’oxygène. Le plan de relance de 2010 avait déjà payé cinq machines, à l’époque affectées à la DGSE (trois) et au Pyrénées (deux). Les appareils, cette fois, seront ventilés entre le Pyrénées (six) et l’Escadron de transport 88 Larzac de Djibouti (deux). 

l'Armée de l'Air pourra armer deux plots

L’Armée de l’Air pourra alors armer sans difficulté deux plots (CSAR et/ou opérations spéciales). La polyvalence du Caracal, qui peut recevoir un canon de 20 mm, et demain, d’autres armements, mais aussi ravitailler en vol donc créer la surprise tactique, démultipliera l’effet produit. Ces machines seront livrées entre 2023 et 2024, au lieu de 2028 et 2029. La location de H225 reste donc incontournable pour remplacer bien avant cette date les Puma basés Outre Mer en Guyane (5), Nouvelle-Calédonie (3), le sort de Djibouti étant donc réglé par les Caracal. Deux plots Puma actuels seront adaptés, à Solenzara, et à Villacoublay, où les gendarmes pourraient bien prendre la relève du groupement interarmées d’hélicoptères avec les H160 du plan de relance. Avec 12 machines, même plus modernes que la vingtaine de Puma actuels, il n’y aura pas forcément le compte non plus : encore un autre problème !

Répondre à () :


Captcha
MESNARD | 22/06/2020 14:48

Cela fait longtemps que je parle qu ils faut développer et acquérir plus d hélico pour nos armée...ils faut mettre les bouchees doubles et demander a AIRBUS MARIGNAGNE la construction plus rapide des nouveaux hélico le H 160 POUR LES 3 ARMÉES ET LA GENDARMERIE.IL faut investir c est l avenir sans compte qu il faut développer le super hélico gros porteur .si non ça sera comme avec le futur porte avion ou sous marin etc on aura encore et encore un train de retard ,mes respect au GÉNÉRAL DE VILLIERS qui lui avait vu juste et arrêter avec votre Ecologie a 100 %. DE GAULLE SI IL N AVAIT PAS PRODUIT LE NUCLÉAIRE FRANÇAIS .il y a a parier que l on se serai bouffer depuis longtemps et il faut regarder la situation intérieur et géopolitique extérieur c est pas la panassée quand ça va péter ça et va péter et pour de bon ça va Etre chaud patate .... A BON ENTEDEUR Cordialemnt Franck MESNARD Adhérant UNAALAT PACA ET ABONNE RDN

Antoine | 22/06/2020 17:28

Mesnard, aujourd'hui le marché des hélicoptères lourds est déjà saturé par Boeing (CH-47), Sikorski (CH-53) et AugustaWestland (Merlin). De plus la recherche pour un nouveau hélicoptère est très couteuse, donc Airbus helicopteres ne développera un hélicoptère lourd qu'à la demande de plusieurs armées. Or aujourd'hui la plupart des armée européennes en sont déjà équipées (Espagne, UK, Italie CH47 et Allemagne CH53). Enfin, l'achat d'hélicoptères lourds n a as été retenu dans la LPM, donc l armée française va devoir se reposer encore pour longtemps sur ses alliés pour le transport de troupes et de fret notamment au Sahel

FX GUÉDET GUÉPRATTE | 22/06/2020 20:53

Pourriez-vous expliquer et commenter cette phrase de votre article : "Une machine civile H225, louée à l'année à Airtélis démontre tout son intérêt, avec une disponibilité indécente".

FOUGERON Laurent | 22/06/2020 23:02

En résume on a des avions spéciaux A400M et C130 qui sont conçus pour ravitailler les hélicos BRAVO mais le problème on n'a pas les hélicos pour s'en servir

Bm | 23/06/2020 13:44

On a une soixantaine de NH90 L article n en parle pas je crois

Deapo jaures | 23/06/2020 02:20

Très bon article

L'amateur d'aéroplanes | 23/06/2020 21:12

En 2016, on annoncé que l'Armée de l'Air devait récupérer les Caracal de l'ALAT d'ici 2021. Cela à était abandonné ?

Flyingbob | 24/06/2020 12:00

A mon humble avis il s'agit plutôt ici d'aider l'industriel à écouler son stock d'hélicoptères suite au désistement de commandes sur le marché civil, conséquence directe à la crise du covid. Évidement nos forces sont en déficit d'helicos de transport depuis des années. Le reversement des caracaux de l'ALAT, à l'armée de l'air ne semble plus être là priorité..Bonne chose pour la gendarmerie certainement de se voir doté de h160 également. Mais vous constaterez qu'il s'agit d'équiper les forces armées d'helicos destinés initialement au marché civil. C'est bien, mais encore une fois, les forces armées et par extension les contribuables jouent les bouches trous...

| | Connexion | Inscription