4
Défense
Airbus : des députés veulent 12 Caracal de plus
Airbus : des députés veulent 12 Caracal de plus
© Jean-Marc Tanguy

| Jean-Marc Tanguy 461 mots

Airbus : des députés veulent 12 Caracal de plus

Au terme d'une mission flash sur les hélicoptères et leurs carences, deux députés demandent l'achat de 12 Caracal neufs plutôt que la location de H225 pour l'Armée de l'Air. [...] (461 mots)

Cet article est réservé aux abonnés numérique Web.

Air & Cosmos
Déjà abonné ?

Répondre à () :


Captcha
Ysgawin | 17/07/2020 11:05

Parler des EH101 (danois en l’occurrence) comme d'hélicoptères lourds me fait toujours doucement rire. On a une charge utile qui, dans le meilleur des cas augmente de moins de 50% par rapport à nos NH90 "Caïman"... On est TRES loin des performances en la matière des Chinook ou Super Stalion !

Mig | 20/07/2020 14:39

Pourquoi les chinois produisent une copue du super frelon alors qu'Airbus Hélicoptère n'a jamais proposé de successeur à ce modèle. A vouloir optimiser les rendement financiers pour les actionnaires les dirigeants des grands groupes negligebt les impératifs de souveraineté et les armées européennes se retrouvent dependantes de la founiture US ou chinoise bientôt...?

Richard | 20/07/2020 15:42

Successeur du SuperFrelon ? un trois moteurs, comme l'EH101. Si successeur il y avait eu, cela n'aurait pas été l'équivalent du Chinook de toute façon;

Mig | 21/07/2020 09:12

Si l'on compare Sa321 avec Eh101 avec 3 moteur de 1700 à 2000 ch (eh101) on peut effectivement consider que ces hélicoptères ne sont pas des transports lourd par rapport au ch47 avec 2*3500 ch. Cela dit il existe aussi le "Siko" ch53k avec 3*7500 ch capable d'embarquer 15 000 kg de charge, le nombre de turbo n'est pas le facteur principal, c'est plutot le ratio P. U. des moteurs/charge utile qui va déterminer si la machine peut faire du transport lourd. Si AH avait bien voulu ou pu étudier un successeur du SA321 en capitalisant l'expérience acquise il était possible de développer une EVOLUTION plus puissante à cdes de vol électriques en utilisant des moteurs us ou, maintenant, en adaptant le turbo de l'A400M par exemple. Cela dit pour qu'un tel projet soitvpossible il faudrait une conjonction, peu probable, d'intérêts des industriels d'une part et de "bonnes volontés" des états majors et des politiques à l'échelle européenne d'autre part... Il n'est pas interdit d'être optimiste...

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription